Accéder au contenu principal

Pas peur de la page blanche

À l'image de l'auteur incapable de commencer son œuvre, il est difficile aujourd'hui de se lancer sur un nouveau réseau social numérique (RSN). Manque d'inspiration, méconnaissance des codes, absence de références... Pourquoi se lancer en terrain inconnu ?


Peur de mal faire

Les réseaux sociaux, en général, ne font rien pour arranger les choses : entre sollicitation excessive et fil d'actualités vides, difficile de trouver les premiers mots d'une entrée en matière.

Quoi de neuf ?

J'ai récemment ressenti cette sensation de vide sidéral sur Mastodon. Défense d'une éthique numérique, emballement des médias, enthousiasme généralisé : tout concourait à la création d'un profil sur ce nouveau réseau social.

Une fois entrée, je retrouve mes repères : tout ça ressemble fortement à une interface Tweetdeck mais... sans mon réseau ! J'imite alors les pionniers qui, perdus, ne savent plus quoi faire sinon retourner en parler sur Twitter.





Aide-toi, la communauté t'aidera

Heureusement, Internet existe aussi pour l'aide qu'il (ou elle) nous apporte, pas seulement pour ce qu'on exige de nous - en l'occurrence une productivité accrue en matière de nouvelles intéressantes à partager.

Dans le cadre du TD Valorisation en ligne de projets culturels, à l'université Lumière Lyon II, j'avais demandé à mes étudiants d'utiliser Twitter pendant deux cours d'affilée. 

Sachant qu'ils détestent tous Twitter

Le même compte était utilisé par l'ensemble du groupe. Le premier challenge consistait à amorcer une interaction : l'objectif pouvait être une réponse, un retweet ou un favori de la part d'un autre compte. Une fois une petite base d'abonnés acquise, le deuxième challenge visait à entretenir ces relations en relayant des informations pertinentes, en lien avec leurs sujets, sans autopromotion.

Ce qui a aidé les étudiants - et c'était bien sûr l'objet du cours - a été de découvrir le lexique Twitter et d'imaginer comment ils pouvaient se l'approprier.

Par exemple, savez-vous qu'il existe des hashtags pour chaque jour de la semaine, efficaces aussi sur Instagram ? Pour ma part j'apprécie #VendrediLecture qui consiste à partager sa lecture du moment. 

Ce genre de codes peut servir d'inspiration pour trouver un contenu à partager (qui ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe) ou bien pour "habiller" un message avec une certaine tonalité.




Prendre l'accent local

Un réseau social n'est pas vraiment un langage, c'est plutôt comme une manière de parler. On ne parle pas de la même manière sur Facebook et Whatsapp. Certains réseaux se prêtent davantage au jeu de questions / réponses, d'autres aux contenus multimédias. 

C'est pourquoi j'utilise souvent un réseau social pour un projet en particulier. Plus que cela : j'identifie un projet à une interface spécifique.

Quelques exemples : 
  • pour coordonner l'organisation d'Ardèche Mix Camp, un remix au coeur du patrimoine ardéchois, nous avons utilisé Whaller
  • alors que pour faire le même travail de collecte avec les Subsistances, nous allons plutôt utiliser Pinterest



Faire la part des choses

Sur quoi se base le choix de tel ou tel réseau social ? Bien sûr : sur ses fonctionnalités, son réseau existant, son mode de fonctionnement. Ce qui implique de connaître un minimum cet écosystème avant de se lancer - ou bien de se faire guider par quelqu'un qui l'utilise.

L'alternance de plusieurs réseaux, comme toute multiplicité, est bénéfique pour son utilisateur : loin de se cantonner à une seule "bonne" manière de faire, on pourra alors se donner la liberté d'interagir selon la façon la plus adaptée - ce qui est défini par le contexte.

L'agilité est également favorisée : lorsqu'un réseau ne convient plus à l'usage qu'on souhaite en faire, il suffit d'évoluer vers une autre forme. Cette transformation "physique" - car elle est visible, même si virtuelle - peut aider des organisations à prendre conscience de leur changement. C'est le cas actuellement avec Museomix, à l'étroit dans son forum de discussion, qui est en train de migrer une partie de ses contenus vers un Wiki administré en collaboration.

Choisir un réseau, c'est aussi choisir des modalités d'échanges, une manière d'interpeller ou de distribuer - qu'il s'agisse d'informations, d'opinions, de contenus.




Une peur chasse l'autre

Au final, en se lançant sur une multitude de réseaux et en prenant du recul sur sa disponibilité (forcément, on ne peut pas être partout), il me semble que la peur de rater quelque chose (FOMO : Fear Of Missing Out) s'éloigne de nos préoccupations. 

Après tout, il ne s'agit que d'une image virtuelle... et les notifications sont là pour nous rappeler à l'ordre !


Black Mirror, S03E01


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…