Accéder au contenu principal

Et les étudiants d'infocom vous recommandent :

Sur l'invitation d'Eva-Marie Goepfert, j'anime à l'Université Lyon II un TD intitulé "Valorisation en ligne de projets culturels". L'occasion de sonder auprès des étudiants quelles actions culturelles les inspirent aujourd'hui.

L'un de mes exemples d'inspiration sur le croisement des publics (Twitter)

L'objectif du TD : permettre aux étudiants de troisième année en infocom de travailler sur les outils concrets du web tout en développant leur esprit critique.

Le premier travail que je leur demande porte sur le choix d'un exemple de valorisation en ligne qui, selon eux, mérite une analyse de ses enjeux et des moyens mis en œuvre.
Leur choix illustre bien toute une diversité de tonalités et d'esthétiques de la communication sur les réseaux sociaux.

D'abord la musique et le cinéma

Premier groupe évident : les festivals, salles de spectacles et autres labels. Du côté de la musique, on évoque Rock en Seine, Coachella.

Du côté du film, on est plutôt sur des festivals de genre avec A French Film Festival (Alliance Française), le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, le Festival de Film Européen des Arcs.

Quant aux labels, deux étudiants dénichent des petites pépites : Colors Berlin et Awful Records.

Le film de genre valorisé

Les clips monochromes de Colors Berlin
La page interactive d'Awful Records

Les projets locaux

Les exemples illustrent parfaitement bien le panorama lyonnais et son effervescence : festival de rue (Urban Art Jungle) ou de mode (Marché de la mode vintage), place-to-be (Le Sucre vu par son magazine), mais pas que...

On parle aussi du salon du tatouage, de l'épicerie-comptoir de la Mère Brazier et même, en poussant un peu vers la Drôme, de la programmation de concerts chez le Facteur Cheval !

Une deuxième édition relayée partout

Que met-on en avant : un chef ou une marque ?

"Leur affiche n'est pas représentative de ce que j'ai vu sur place"

Sociaux ou commerciaux ?

Certaines pistes sont un peu plus ardues à emprunter : Creapills et son cousin Il était une pub ont-ils un projet culturel à défendre ? L'homme derrière le pseudo d'Etale Ta Culture va-t-il à terme vendre ses bases de données à Pôle Emploi, s'il ne le fait pas déjà ?

A l'opposé, chercher les soutiens des beaux projets collaboratifs et solidaires comme GlobalXplorer qui recense les zones de pillage (proche de Missing Maps dont je parlais dans cet article), comme Wiki Loves Monuments qui enrichit la base de photos patrimoniales, comme Food Not Bombs qui organise collectes et redistributions.


Contribuer via l'étude d'images satellites

Un concours pour stimuler la production de photos

Manifeste d'accueil de Food Not Bombs

Mention spéciale au choix du Concours Para-Equestre de Dressage International de Deauville, dont l'affiche en elle-même est une promesse.



Rendu des études de cas début mars... Je remercie d'ores et déjà mes étudiants pour cette belle revue de projets.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…