Accéder au contenu principal

Articles

Le lab : un espace à décliner

Lundi 13 novembre a eu lieu l'inauguration du labo NRV (Numérique Réalités Virtualités) : un espace dédié à l'art et au numérique. L'occasion de revenir sur le concept du lab à travers plusieurs exemples.
Tiers lieu Le lab fait-il partie de la grande famille des tiers lieux ?

Un article du cabinet de recrutement Elaee aborde le sujet frontalement afin d'y voir un peu plus clair.
D’un point de vue sociologique, les Tiers Lieux sont des espaces où les individus peuvent se rencontrer pour se réunir et échanger de façon informelle. Sur le principe du ni..., ni... le tiers-lieu doit être un espace à part - et le rester. D'où la nécessité de maintenir une organisation du travail et de la vie privée comme deux polarités opposées contre lesquelles le tiers lieu prend appui pour rester en suspens.
[...] les Tiers Lieux ont en commun la volonté de dépasser les modèles existants, de prototyper, de partager … pour innover. Le tiers lieu se place toujours en opposition à d&#…
Articles récents

L'héritage invisible de l'art numérique

Du 2 au 4 novembre, le KIKK festival à Namur (Belgique) a exploré les narrations invisibles (invisible narratives) dans l'art, le design et la technologie - les cultures numériques et créatives au sens large. L'occasion de rappeler que l'art numérique n'est pas hors sol : il s'enracine dans un héritage culturel partagé. Retour sur quelques moments forts du festival.


Avant toute chose C'est un gorille géant (et rose) qui nous accueille au KIKK festival, un King Kong gonflé à bloc et au nom du magazine éponyme lancé par l'équipe d'organisation.

#kikk17pic.twitter.com/tDnAIiPAKn — Compere Philippe (@Comperephil) November 2, 2017

J'en profite pour féliciter les programmateurs, Marie du Chastel et Gilles Bazelaire, pour l'excellence des conférences et l'organisation hors normes de ce beau festival !



Chaque lieu du festival nous semble familier. D'abord tout se passe dans un mouchoir de poche, à Namur centre-ville, et c'est agréable de pas…

Mon IA idéale

Le développement d'intelligences artificielles (IA) va bon train. Parmi les produits prometteurs, on trouve l'assistant personnel avec toutes ses promesses d'omnipotence et d'efficacité. Mais au fait, ce serait quoi, votre IA idéale ? De quoi auriez-vous vraiment besoin ? Et pour faire quoi ?

Relation
Dans le premier épisode de la websérie Homo Digitalis, diffusée sur ARTE, on mesure l'écart culturel entre Européens et Japonais quant à l'acceptation d'une intelligence artificielle comme amie. Pour les Japonais, la location d'une amie (réelle ou virtuelle) a ses avantages.

Notamment être "soi-même" (sic) et pouvoir balancer ses véritables opinions et émotions à son ami(e) sans risque de vexation. 
La chroniqueuse allemande, quant à elle, plaide en faveur de l'interaction - c'est-à-dire littéralement d'une action réciproque - ce à quoi l'une intelligence artificielle ne semble pas en mesure d'accéder.

Pourtant, dans un précé…

at the last masp

gasp(găsp)
v.
gasped, gasp·ing, gasps
v.
intr.
1. To draw in thebreathsharply, as fromshock.
2. To breatheconvulsively or laboriously:gaspingforair.
[...]
6. at thelastgasp
a. at thepoint of death
b. at thelastmoment


Le musée d'art de São Paulo (MASP) est d'abord incroyable dans son architecture, signée Lina Bo Bardi et Antoine Pruvost.



Mais à l'intérieur, c'est un vrai choc, on a le souffle coupé et finalement on respire de mieux en mieux : car la collection permanente n'est pas accrochée à un mur. Elle est exposée sur des chevalets translucides, laissant apprécier une œuvre sous tous les angles, y compris dans son dos.




C'est une forêt de tableaux où l'on se promène comme si de rien n'était dans cette collection considérée comme la plus importante de l'art occidental en Amérique latine.

Il aura fallu attendre près de 50 ans pour pouvoir apprécier de nouveau cette scénographie conçue en 1968 par Lina Bo Bardi. Trop original pour l'époque, cet …

Sous l'Equateur, retournement de situation

A l'étranger, on ressent les différences culturelles par un ensemble de petits détails : la manière de se saluer, la forme et le voltage des prises électriques mais aussi... l'application utilisée par nos interlocuteurs pour communiquer. 
Au Brésil, les forfaits téléphoniques ont longtemps favorisé l'utilisation des données mobiles (data) au détriment des SMS et appels téléphoniques. En effet, des surcoûts incombent à l'utilisateur lorsqu'il change d’État, parfois même de ville.

En conséquence, les Brésiliens utilisent majoritairement Internet pour leurs communications et en particulier une application : Whatsapp.

Parmi les fonctionnalités de Whatsapp, on trouve bien sûr la conversation instantanée, la création de groupes de discussion, le partage de photos et documents mais aussi... l'enregistrement de fichiers audio !

Et là... apparaît un nouvel usage, à ma connaissance complètement inusité en France : la discussion par message vocal interposé.




Qu'il s&#…

Pas peur de la page blanche

À l'image de l'auteur incapable de commencer son œuvre, il est difficile aujourd'hui de se lancer sur un nouveau réseau social numérique (RSN). Manque d'inspiration, méconnaissance des codes, absence de références... Pourquoi se lancer en terrain inconnu ?
Peur de mal faire Les réseaux sociaux, en général, ne font rien pour arranger les choses : entre sollicitation excessive et fil d'actualités vides, difficile de trouver les premiers mots d'une entrée en matière.
Quoi de neuf ?
J'ai récemment ressenti cette sensation de vide sidéral sur Mastodon. Défense d'une éthique numérique, emballement des médias, enthousiasme généralisé : tout concourait à la création d'un profil sur ce nouveau réseau social.
Une fois entrée, je retrouve mes repères : tout ça ressemble fortement à une interface Tweetdeck mais... sans mon réseau ! J'imite alors les pionniers qui, perdus, ne savent plus quoi faire sinon retourner en parler sur Twitter.
Sur #Mastodon, je c…

Planète sable : interactif

La série documentaire Planète Sable aborde la problématique de la désertification dans le monde. Produite par Mona Lisa et diffusée par ARTE au mois de mai, cette série en cinq épisodes a fait l'objet d'une adaptation webdocumentaire réalisée par mes soins. Avec cette question en tête : comment réécrire un documentaire pour le rendre interactif ? Le format L'adaptation est d'abord pensée au format magazine interactif par Domenico Spano, avec qui j'ai travaillé à Jimundi. Fort d'une expérience d'interactivité avec la suite Adobe, il imagine une ergonomie "en croix" : horizontale pour le chapitrage et verticale pour la lecture d'un contenu.


Ce format est parfaitement adapté à une lecture sur tablettes, mais il nécessite une adaptation pour le web.

Nous optons plutôt pour l'outil de montage interactif développé par Honky Tonk : Klynt. D'une part, cet outil correspond bien au format vidéo car il permet très simplement de lier une séquenc…