Accéder au contenu principal

Ardèche Mix Camp : et si on remixait cette carte ?

Le premier mix à l'échelle d'un territoire aura lieu fin novembre. Il s'appelle Ardèche Mix Camp et recrute en ce moment ses premiers participants. Retour sur la construction d'une communauté autour d'un souhait fédérateur : dessiner de nouveaux points sur la carte.



Diagnostic

Au départ, l'aboutissement d'un autre projet : la reconstitution de la Grotte Chauvet avec la désormais célèbre Caverne du Pont d'Arc. Portée par le Syndicat Mixte du Département de l'Ardèche et de la Région Rhône-Alpes, la réalisation de la Caverne fait appel à l'union du patrimoine et du numérique afin de reconstituer à l'identique le lieu originel, adapté dans son agencement et son étendue pour des visites en groupe.

On retrouve dans l'espace de médiation - la Galerie de l'Aurignacien - cette inclinaison vers un numérique omniprésent, démultiplié et décomplexé.







Dans ce contexte, l'on s'interroge : ce qu'il a été possible de réussir pour un site, jusqu'à son apogée internationale, ne serait-il pas souhaitable de l'étendre à d'autres ?

Pour David Huguet, chargé de projet, c'est également un moyen, au-delà du patrimoine...
...d'identifier en Ardèche des compétences curieuses et intéressées pour initier une filière Numérique & Patrimoine qui pourrait s'emparer des problématiques ayant trait à la connaissance et la valorisation des sites culturels et naturels. L'Ardèche, jusque-là réputée pour ses patrimoines naturels, est également une terre de patrimoines culturels qu'il faut révéler et partager.
Pour atteindre ces objectifs, il fallait songer à prolonger la stratégie territoriale via l'outil idéal : pourquoi pas un mix "d'un troisième type", consacré aux paysages et patrimoines ? C'est dans ce contexte que l'association Museomix Rhône-Alpes (la plus proche communauté de mixeurs au niveau géographique) a été approchée pour transmettre ses outils méthodologiques et inventer un nouveau format qui mêlera patrimoine et numérique au profit de l'Ardèche.

Repérage

Dans l'association Museomix Rhône-Alpes, nous sommes sept personnes que le défi de l'Ardèche passionne. Nous constituons un groupe de travail qui pose tout de suite sa limite : nous n'organiserons pas l'événement, car l'un des critères de réussite du mix repose sur la prise en main par la communauté locale.

Cette communauté, nous la rencontrons pour la première fois à la Trame qui développe le coworking sur le territoire. Cette rencontre est une joie : alors que nous présentons le concept fou de remixer un territoire, l'assemblée nombreuse, concentrée, pragmatique, aura cette première réaction "D'accord, on commence par quoi ?"

Très vite, on discute gouvernance et organisation pratique. Pourquoi pas un trombinoscope, pour que tout le monde puisse trouver n'importe qui - et l'inverse ? Oui mais alors sous forme de carte libre et collaborative.





Façonnage

Quant à notre équipe Museomix Rhône-Alpes, elle réinvestit son expérience du mix dans une réflexion neuve sur le rapport au patrimoine : comment exprimer ce rapport, individuellement ou en groupe ? Comment remixe-t-on le patrimoine ? Quels sont les grands enjeux liés ? Qui sont les acteurs du patrimoine, des professionnels ou tout citoyen ? Comment les mobiliser ? Pour leur demander de faire quoi ? A quoi ressemble un prototype de médiation pour le patrimoine ? 

Après plusieurs mois de rencontres, d'échanges et de réflexion, nous réécrivons totalement le format du mix, qui se déroulera toujours sur trois jours mais sur un rythme différent d'un Museomix, en restant vigilant sur les éléments constitutifs et indispensables d'un Mix tels qu'ils ont été définis par l'équipe d'Erasme : 
  • un événément in situ, se déroulant dans l'espace prétexte du mix,
  • un format ouvert et participatif,
  • l'absence de commande institutionnelle,
  • une unité de temps et une invasion massive, événementielle,
  • la production au final d'une expérience utilisateur prototypée et testée, donnant lieu à des échanges. 





Pour découvrir et tester le format d'Ardèche Mix Camp, rejoignez-nous les 25, 26 et 27 novembre 2016 ! Inscrivez-vous sur http://ardechemixcamp.org/



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Naturellement, parler à la machine

Lors de son intervention au Web à Québec 2017, Mat Velloso (Microsoft) insiste : non, il n'est pas nécessaire de parler à un robot de conversation alors qu'on peut tout simplement cliquer sur un bouton...  
Selon lui, les robots de conversation (ou chatbots) sont performants dès lors qu'ils permettent à l'utilisateur d'accéder plus rapidement à une information. Peu importe qu'on lui parle, qu'il nous écoute et nous réponde.

La voix ne sera utilisée qu'en dernier recours, après le clic et la saisie de texte : par exemple quand, au volant, on ne peut pas manipuler son téléphone.

Toutefois, la reconnaissance vocale permet dans certaines situations d'enrichir une expérience. Avec Wiidii, un assistant hybride personnel développé par une société bordelaise, l'apport d'informations se construit sur la base d'un échange, textuel ou vocal.

J'ai pu tester cette application lors du Talent Day 2016 organisé par Imaginove sur le thème de l'…