Accéder au contenu principal

Comment est-ce que tu snap ?

On n'écrit pas de la même manière une lettre ou un SMS. Idem sur les réseaux : un tweet n'est pas un post, n'est pas un pin, n'est pas un snap, n'est pas un like et ainsi de suite. Peut-être même ne dit-on pas la même chose d'un réseau à l'autre... Le choix de l'outil détermine en grande partie le type de relation qu'on engage : réfléchi ou spontané, professionnel ou personnel, décalé ou contextualisé. 


La révélation Snapchat

Pourquoi utiliser Snapchat, système d'envoi de photos annotées et détruites automatiquement après lecture, alors que j'utilise déjà d'autre réseaux, de manière régulière ? 

Mon frère m'invite à m'inscrire et insiste : tous ses amis sont sur Snapchat, ils ne communiquent plus que comme ça, c'est rigolo. Et moi d'argumenter : on s'appelle, on s'envoie des SMS, on se voit régulièrement, pourquoi une application de plus ? 

Je sous-estimais la force du format. Installer Snapchat et l'utiliser n'a pas amoindri les échanges "traditionnels" avec mon frère, au contraire : l'application a ouvert pour nous une nouvelle manière de communiquer, faite de photos sur le vif, de tendances du jour, de blagues qui demain ne nous auraient plus fait rire. L'application a augmenté notre qualité d'échanges.

Trucs et astuces

Au fur et à mesure de nos échanges, mon frère exploite des fonctionnalités que je découvre : envoyer une vidéo, déformer un visage...

La transmission accélère l'usage : on m'explique comment faire, je teste, je développe de nouveaux messages intrinsèquement différents. 




De la même manière, invitée dans un groupe d'open space sur Slack, je découvre une nouvelle fonctionnalité : l'envoi de GIF animé pioché aléatoirement dans la base Giphy.
C'est facile, il suffit de taper /giphy et le mot que tu veux
En effet c'est facile et c'est immense, comme si j'apprenais une nouvelle forme, un nouveau mot.

Est-ce que je fais partie du groupe ?

C'est la question cruciale à laquelle va répondre l'invitation à un réseau social.
La structure des communications influence les comportements.
Autrement dit : la manière de communiquer entre les membres d'un groupe participe activement à la structuration du groupe et à la place que je vais y trouver. C'est un rapport à l'inclusion ; si je suis invité(e) dans l'outil de communication du groupe, c'est que les autres me reconnaissent en tant que membre de ce groupe.

Ensuite il ne reste qu'à choisir l'outil qui va déterminer la forme des échanges : choisir Slack par exemple, c'est opter pour une communication all channels avec des possibilités de croisement infinis, une instantanéité éventuelle et une désynchronisation facilitée (je n'ai qu'à remonter le fil de la discussion pour rattraper mon retard).



Le choix peut être orienté en fonction de son éthique : ainsi l'usage de Whaller, à l'initiative d'une structure française, qui partage de nombreuses fonctionnalités avec Slack.



Et vous, quels nouveaux langages avez-vous découvert dans vos échanges et réseaux ? 




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …