Accéder au contenu principal

Vitraux et écriture visuelle augmentée

Depuis 2012 et la première présentation du Vitrailloscope, ce projet d'éducation à l'image appliqué au patrimoine religieux ne demande qu'à se développer. Test en cours avec la reconnaissance visuelle et la réalité augmentée de MuseoPic.


L'idée : simplifier l'application en supprimant le menu. En pointant directement sa tablette ou son téléphone vers le vitrail qui nous intéresse, on accède aux informations sur ce vitrail.

Grâce à la reconnaissance visuelle, chaque élément de l'église est enregistré et reconnu par l'application, qui affiche alors des contenus de médiation, directement sur l'écran du visiteur.

Si des doutes subsistaient sur la capacité de la caméra à reconnaître et différencier les vitraux, ce test en situation mercredi 29 mars 2017 nous a convaincu de la pertinence de la reconnaissance visuelle :

 

L'interface actuelle de l'application

Une fois le vitrail identifié par l'application, la réalité augmentée permettrait littéralement "d'augmenter" notre regard en délivrant des contenus interactifs à partir du vitrail rendu cliquable.

Dès la conception du Vitrailloscope, en 2012, j'avais identifié cinq thématiques pertinentes pour la médiation :
  • l'explication d'un détail par rapport à l'ensemble,
  • la composition de l'image,
  • l'évolution du personnage central (ici, le Christ) d'une scène à l'autre,
  • les personnages principaux,
  • la palette de couleurs.


Ces thématiques avaient guidé l'écriture interactive : à partir du résumé de la scène d'un vitrail (transmis par le prêtre de la paroisse et les historiens), des points saillants ont constitué le sujet de chacune des 30 vidéos de l'application.

Un exemple en vidéo, réalisé pour le vitrail du Sermon sur la Montagne, inscrit dans la thématique "Personnages" :


L'écriture visuelle (qui devait, à l'origine du projet, être seule pour la compréhension, c'est-à-dire sans texte ni voix off complémentaire) repose sur une série d'actions :
  • montrer
  • isoler
  • replacer dans le contexte
  • associer
  • différencier
  • ...
L'ambition du projet est d'atteindre une écriture visuelle pour lire l'image, autrement dit s'appuyer sur des mouvements visuels, des formes, des symboles pour transmettre des connaissances (liées à l'histoire religieuse ou industrielle de fabrication des vitraux) et des émotions (liées au ressenti devant l’œuvre).

Pour m'aider dans cette écriture, j'avais eu recours au langage des pictogrammes. Aujourd'hui, il serait sûrement enrichi par l'alphabet des emojis !

La bande dessinée Grimms Märchen ohne Worte (les contes de Grimm sans paroles), de Frank Flöthmann, avait été particulièrement inspirante.


  



Cette lecture sans mots exige une concentration et une imagination extrêmes - sauf si l'on connaît déjà les grandes lignes de l'histoire !

Le développement du Vitrailloscope en réalité augmentée pose un nouveau défi : comment s'appuyer sur la gestuelle et le rapport dans l'espace pour rendre l'application intuitive ? 


Si vous êtes intéressé(e) par ce projet, n'hésitez pas à laisser un commentaire pour entrer en contact !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …