Accéder au contenu principal

Proxémie, selfie, la distance intime

Nous vivons chaque jour des centaines d'interactions voulues ou subies : collègues de travail, cercle familial, passants dans la rue, coude-à-coude dans les transports... A chaque contact, on s'approche jusqu'à la limite de l'espace alloué par l'autre : c'est la proxémie. Certains dispositifs, comme le selfie, introduisent de nouvelles règles dans ce comportement social.


L'espace en tant que produit culturel

La proxémie est une notion théorisée par Edward T. Hall ; elle varie selon les cultures et les situations. 
Par exemple, on admettra volontiers un rapprochement physique dans un ascenseur. On intègre comme trait culturel un contact physique plus fréquent dans les pays latins. On n'autorise pas un inconnu à s'approcher trop près de soi, par exemple dans un centre commercial.

Edward T. Hall a identifié quatre types de distances :
  • la distance publique (dans un parc par exemple)
  • la distance sociale (avec son collègue de travail)
  • la distance personnelle (avec un ami)
  • la distance intime
Lors d'une performance dans la ville, organisée par l'IESA et la galerie Tator, l'artiste Mathieu Tremblin avait matérialisé ces distances par des cercles au sol :




Des espaces virtuels limités

Comme l'écrit Guillaume Zeboute dans "La proxémie ou l'espace de communication et de vivre ensemble" :
La distance intime ou de clôture peut se créer dans des espaces virtuels limités par un espace géographique : c'est le cas du selfie [...] dans un espace clos limité par la taille de mon bras.
Le selfie (ou ego-portrait) n'est donc possible que dans l'espace personnel (la taille de mon bras tendu) ; c'est la création, l'affirmation, la délimitation d'un espace personnel dans l'espace public.

On perçoit bien la volonté d'appropriation d'un espace. Avec le selfie, c'est comme si un espace ou un événement nous appartenait. 
D'ailleurs, certaines tendances comme le CV selfie, questionnent bien cette pratique : intrusive ou rassurante ?


Le selfie est l'exact opposé du photocall ou photobooth : dispositif qui consiste à prendre en photo des invités lors d'un événement (mariage, inauguration, soirée...) avec des accessoires et devant un fond (décor). Dans cette situation, c'est le dispositif qui contraint et contrôle l'image finale, ce qui suppose une acceptation du système par les personnes photographiées.

Mais qu'en est-il des selfies de groupe, où une seule personne appuie sur le bouton ?

Le groupe primaire

En tant que formatrice, la notion de proxémie est un phare qui oriente mes interactions professionnelles : je le traduirais comme la distance idéale et réciproque entre deux personnes qui, sans freiner un possible rapprochement, n'en est pas pour autant intrusif. 

Cette distance se trouve à force de tâtonnements et de signaux à interpréter. Il ne s'agit pas uniquement d'éléments physiques (gestes, regards, expressions du visage) mais aussi d'indications de langage (accord sur une idée, défense d'une opinion, acquiescement, contradiction).

Il est étonnant d'apprendre qu'un groupe d'adultes en formation est considéré, dans la dynamique de groupe, comme un groupe primaire ou groupe restreint. Il entre dans la même catégorie que la famille, la classe scolaire ou l'équipe sportive : tous ces groupes ont la particularité de partager une émotion forte et variable. Pour indication, l'entreprise est considérée comme un groupe secondaire, aux relations plus froides, impersonnelles, tandis que l'association est considérée comme un groupement dont les membres partagent un intérêt commun.

Lorsqu'un groupe se rassemble pour partager un selfie, il se reconnaît lui-même comme un groupe primaire. Il reconnaît également la légitimité d'un leader (celui qui prend la photo).


Plus qu'une affirmation de soi, le selfie de groupe serait plutôt une manière de sceller un accord de proximité avec l'autre, de se conforter dans son ambition commune, en somme d'être social.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…