Accéder au contenu principal

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.


Une ligne éditoriale pour les gouverner tous

L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

  • faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? 
  • comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? 
  • peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et externe (à destination du grand public, des partenaires, etc.) ? 
Ces réflexions ont donné lieu à une ébauche de ligne éditoriale articulée autour de six thématiques.


Elles ont été choisies en fonction des productions 2014, mais aussi en vue d'orienter les vidéos vers des contenus de qualité : par exemple, la thématique ça se discute a pour principe d'ouvrir la discussion et de croiser différents regards sur Museomix.

cliquez sur l'image pour visionner la playlist

De la même manière, infiltrés vise à recueillir des informations sur l'équipe en train de se faire. 
Les consignes : suivre un participant, laisser tourner le micro près de la machine à café ou de la boîte à bonbons, solliciter des conseils pour les futurs museomixeurs... 

cliquez sur l'image pour visionner la playlist

D'autres thématiques, au contraire, servent à canaliser certaines vidéos : WTF porte bien son nom et Talkin' To Me fait parler les objets du musée.

cliquez sur l'image pour visionner la playlist

Une chaîne Youtube pour les trouver

Le workflow de la mixroom 2015 centralise, via un FTP commun, les productions vidéo de toutes les communautés pour les publier, via le compte de la mixroom, sur une unique chaîne Youtube.

Le procédé a l'avantage d'harmoniser l'édition des vidéos et de maîtriser l'intégralité du flux de production, en classant chaque vidéo dans la playlist associée : 
  • soit par jour,
  • soit par thématique.

cliquez pour accéder aux playlists

Les communautés sont invitées à intégrer les vidéos publiées par la mixroom dans leur propre chaîne locale, si elles le souhaitent. Les avantages sont nombreux : 
  • éviter les publications en doublon sur Youtube,
  • faciliter le lien avec les autres musées et l'ouverture sur Museomix dans sa globalité,
  • recenser toutes les vidéos publiées.


Une page web pour les amener tous

L'intérêt d'une indexation Youtube réside enfin dans la facilité à intégrer (en embed) les playlists sur un site web. Prenons, au hasard, celui de Museomix


Une invite sur la page d'accueil pointe vers une page dédiée à la mixroom, qui recense les publications jour après jour et l'ensemble des thématiques.





Lors de la première session de l'événement, du 6 au 8 novembre, les playlists sont mises en ligne au fur et à mesure de leur alimentation par les communautés.

Il n'y a plus qu'à les garnir encore avec les vidéos des deux musées qui constituent la deuxième session, du 13 au 15 novembre.

Pour un internaute qui souhaite suivre l'événement en (quasi) temps réel, il n'y a qu'une adresse à retenir : celle de cette page unique, point nodal d'un ensemble de remix !

Et dans la messagerie instantanée les lier

Tout au long de l'événement, un outil de chat est utilisé pour communiquer en temps réel avec les équipes audiovisuelles des communautés : Viber est choisi pour sa rapidité d'inscription (pas de compte d'utilisateur à créer, seulement un numéro de téléphone portable à enregistrer) et sa fonctionnalité de discussion en groupe.



Dans le groupe mixroom 2015, les équipes belges, mexicaines, canadiennes, suisses et françaisent se répondent...

carte Museomix 2015


La mixroom globale, dont je fais partie, joue le rôle d'animation de communauté en prenant régulièrement des nouvelles de l'avancée de chaque communauté, en répondant aux questions pratiques, en encourageant ou en régulant les idées, etc.

Au pays du Lama Facilitateur où s'étendent les ombres.

Un drôle d'animal fait son apparition sur Twitter : le Lama Facilitateur, à l'identité gardée secrète et au profil évocateur d'un objet des collections de l'édition 2014 à Nantes.

Sa lubie : interpeller les participants de Museomix pour les faire entrer en contact malgré la distance.


Lama Facilitateur a parfois des élans fonctionnels et fédérateurs



Il s'incruste dans l'événement en laissant des traces :


Il en profite surtout pour mettre en valeur les vidéos produites par la mixroom :



Au final, Lama Facilitateur a joué un rôle central dans la mise en relation des communautés.



L'histoire de la mixroom unique n'est pas encore relatée par quiconque dans un ouvrage célèbre, mais elle est sûrement en passe d'être affûtée pour répondre à la montée en puissance d'une organisation mondiale et de ses prolongements narratifs comme People Make Museum...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …