Accéder au contenu principal

Raconte ton premier webdoc

Durant l'année scolaire 2014 - 2015, j'ai accompagné deux enseignants dans la réalisation de leur premier webdocumentaire. 

Retour sur une expérience qui avance à grands bonds et à tâtons.


Le catalogue en ligne

On pose les bases


Le dispositif Raconte ta ville est porté par Canopé, dans sa dimension nationale. Il propose à des enseignants (sélectionnés sur projet) de réaliser un webdocumentaire avec leur(s) classe(s).

L'enseignant et ses élèves écrivent, filment, enregistrent, interviewent, témoignent, dessinent, mettent en scène, se projettent, imaginent, rencontrent...

Les équipes de Canopé les accompagnent de leur mieux, en fonction des besoins et des moyens : prêt de matériel, formation au tournage audiovisuel et à la conception interactive, encadrement juridique, etc.

A Canopé Lyon, nous avons accompagné deux enseignants du premier degré : la première à Lozanne (69), le second aux Neyrolles (01). Il s'agissait de notre première participation au projet.

On ouvre les portes

D'emblée, dès la soumission du projet pour sa sélection, l'enseignant a plusieurs thématiques en tête : il sait quels lieux filmer dans la commune et quelles personnalités locales faire intervenir.

La première étape de l'écriture consiste à définir clairement quelles sont les entrées dans le webdocumentaire.

A Lozanne, deux modes de navigation sont proposés : dans l'espace (spatial) ou dans le temps (chronologie) avec une introduction poétique. Aux Neyrolles, les quatre thématiques principales sont à couleurs égales.

Lozanne se conjugue

Les Neyrolles accueille

On monte la charpente

La différence entre la réalisation d'un documentaire de classe et d'un web-documentaire de classe ? Principalement l'articulation entre les séquences et, de fait, la possibilité de proposer des contenus très volumineux.

Acception #1 : comprendre ce qu'est une séquence.
Cette unité représentée par une bulle dans la carte mentale sert de boussole aux internautes et, ayant un début et une fin, s'enchaîne à une ou plusieurs autres séquences.


Doublon des séquences en rayonnement et en linéaire

Quatre univers et une constellation à propos

On fait visiter

Les élèves sont généreux ; ils prennent soin de leur public inconnu pour le guider à travers la forêt touffue de leur patrimoine, leurs rites, leurs évidences.

Les séquences, largement commentées par leurs soins, s'égrènent dans une fluidité saccadée. Fluide, car le passage de l'une à l'autre est évident dans le déroulement de l'histoire. Saccadée, car la transition se fait de manière active, donc dans la conscience de la pause qui est l'une des particularités du webdocumentaire.

Quelques trouvailles, qu'on préfère tout de même à un menu déroulant :

Un clic sur le bouton pour choisir la suite

Pause interactive dans la visite

On habite

Dans un webdocumentaire, tous les élèves peuvent apparaître, parler, donner leur avis.

Incontestable avantage au documentaire linéaire qui, s'il devait se hisser à la même quantité de contenus, atteindrait des durées non acceptables pour une projection de fête de fin d'année.

Le webdocumentaire se regarde aussi en famille : la publication se fait sur un site national, public, accessible à tous sur le web.

La photo de classe à réemploi

Derrière chaque dessin, un élève qui s'exprime

On s'occupe des finitions

Mixage, étalonnage, exports au format optimal, intégration et optimisation graphique : certaines tâches sont réalisées par nous, professionnels de la production audiovisuelle et transmédia, pour décharger les enseignants d'un travail qui n'intéresse ni leurs élèves, ni leur temps libre.

Une nouvelle occasion d'engager la discussion sur des propositions de mise en valeur, de navigation ou d'architecture de l'information.

Un cadrage hésitant...

... ré-exploité dans un menu d'interactions.

Et dans le désordre ?

Cette maison, habitable, ressemble pour l'instant à celle de l'un des trois petits cochons : pas forcément celle, fragile, de paille, mais peut-être celle, trop solide, faite de briques et de ciment.

Comme toutes les premières fois, on sécurise, on prend des risques calculés, on répète des modèles bien rodés comme ceux de l'audiovisuel linéaire avec ses phases de production et de post-production dans le bon ordre.

Mais le webdocumentaire peut être infiniment plus ludique :

  • que dire d'un parcours en boucle dont les contenus seraient différents à chaque passage ? 
  • de personnages qui nous narguent dans un jeu de piste dont les séquences seraient le décor ? 
  • d'une interface conçue et dessinée par la logique d'élèves de CP ?
  • d'une publication de séquences comme un calendrier de l'avent, semaine après semaine, quitte à bouleverser l'architecture initiale ?

Les élèves nous surprendront encore dans la prochaine saison de Raconte ta ville, intitulée "histoires citoyennes", qui débute en septembre 2015.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…