Accéder au contenu principal

Intermède estival

Les tablettes tactiles du Vitrailloscope ont repris du service pour un autre -scope, le temps d'une journée en plein air. De l'usage et des usages, encore et encore... Avec un peu de médiation par-dessus.

© Iskka

TLMD, CGDPP et autres acronymes


Depuis trois ans, Trabouloscope propose, dans le cadre du festival Tout L'Monde Dehors, une journée d'animations et de concerts baptisée la Cité des Grandes Découvertes et des P'tits Plaisirs.

Pour l'édition 2014, l'organisation imagine un parcours autour de sa création En Travaux. Les visiteurs ont la possibilité de visionner des épisodes de la série : c'est l'enquête de l'inspecteur Hector.

Le support le plus évident pour cet usage est la tablette tactile : encastrée dans un boîtier aux couleurs de la série, les vidéos se regardent seul ou à plusieurs, en mobilité ou en station.

© Iskka

Que reste-t-il de nos amours numériques...


En effet, qu'est-il advenu des onze tablettes tactiles commandées pour le Vitrailloscope ? Plusieurs d'entre elles servent de support de démonstration au projet, chez ses partenaires. Quant au reste, je le stocke chez moi : la paroisse n'a pas les moyens ni les ressources nécessaires pour entretenir un planning de visites, pour faire la maintenance du matériel, pour continuer à faire vivre les contenus créés pour l'occasion.

Ce matériel, que les institutions publiques ne peuvent pas accepter, peut-il trouver un second souffle auprès d'organismes comme Trabouloscope, en répondant à des enjeux d'ouverture culturelle et de service gratuit auprès du public ?

Deux ans après le Vitrailloscope, sommes-nous suffisamment équipés en terminaux mobiles pour rejeter le principe de mise à disposition matérielle ? Mais n'est-ce pas plutôt un dispositif que les visiteurs ont trouvé auprès des animateurs, dans un parc lyonnais, par une journée d'été capricieuse ? Comment auraient-il réagi à la suggestion d'utiliser leur propre Smartphone ou tablette pour visionner des épisodes accessibles en ligne ?


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Naturellement, parler à la machine

Lors de son intervention au Web à Québec 2017, Mat Velloso (Microsoft) insiste : non, il n'est pas nécessaire de parler à un robot de conversation alors qu'on peut tout simplement cliquer sur un bouton...  
Selon lui, les robots de conversation (ou chatbots) sont performants dès lors qu'ils permettent à l'utilisateur d'accéder plus rapidement à une information. Peu importe qu'on lui parle, qu'il nous écoute et nous réponde.

La voix ne sera utilisée qu'en dernier recours, après le clic et la saisie de texte : par exemple quand, au volant, on ne peut pas manipuler son téléphone.

Toutefois, la reconnaissance vocale permet dans certaines situations d'enrichir une expérience. Avec Wiidii, un assistant hybride personnel développé par une société bordelaise, l'apport d'informations se construit sur la base d'un échange, textuel ou vocal.

J'ai pu tester cette application lors du Talent Day 2016 organisé par Imaginove sur le thème de l'…