Accéder au contenu principal

PEOPLE MAKE MUSEUM : pour un musée pluriel

Partager un moment d'intimité vécu avec une œuvre : voici l'intention de PEOPLE MAKE MUSEUM, un projet documentaire transmédia et participatif.


Lire le dossier de PEOPLE MAKE MUSEUM (demande d'aide à l'écriture - avril 2014)

De l'intimité du lieu public

Par moment d'intimité, entendez un moment d'émotion intense, qui serait le fruit d'une rencontre avec une oeuvre ou un objet d'art, dans le contexte public des salles d'un musée.
Complexe à retranscrire, complexe à analyser, le moment d'émotion nous intéresse car il est à la fois très personnel et universel. 


Mon moment d'émotion au Musée National d'Islande

Tensions de l'émotion

Le contenu de PMM souhaite valoriser l'engagement émotionnel que quiconque peut investir dans un musée, sous la forme de témoignages entrelacés. Quelques pitchs :





Si vous souhaitez vous aussi partager une histoire et entrer dans l'expérience PEOPLE MAKE MUSEUM, un formulaire est disponible ! Cliquez ici.

Illustration d'Emdé pour Museomix 2013 - tous droits réservés

Gimme my gimmick back

PEOPLE MAKE MUSEUM (PMM) emprunte son nom à l'expérience Museomix. 3 jours de création collective, plusieurs musées remixés en simultanée, une énergie commune et partagée.

Si cette activité atteint l'apogée de sa visibilité lors de l'événement en novembre, Museomix c'est aussi la fédération de communautés issues de champs professionnels variés, qui interagissent toute l'année et se réunissent pour continuer à créer avec les musées.

Puisque l'événement est par essence limité (contraintes géographiques, logistiques, de disponibilité...), PMM se propose de prendre le relais dans une approche transverse et transmédia.

Illustration d'Emdé pour Museomix 2013 - tous droits réservés

Paradigme et déclinaisons

PMM se déclinera sur trois supports :
  1. le web
  2. une application Smartphones
  3. IRL (In Real Life - interactions dans la vie réelle)
Cette gradation permettra au public de découvrir le projet via le web (recensement des témoignages), pour aller peu à peu dans l'échange réel. L'application jouera sur la mobilité des Smarpthones pour faire le lien entre les contenus en ligne et les ressources physiques (adresses des musées, événements, etc.)

Une interface à construire autour du témoignage
Premiers tests par Hélène Casado


Rendez-vous en juillet pour les résultats de délibération de Rhône Alpes Cinéma : peut-être une aide à l'écriture pour PMM ?



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…