Accéder au contenu principal

Great Black Music : concilier le groupe et l'individu

Donner accès aux contenus, fluidifier les mouvements de foule, faire vivre une expérience collective, créer du lien après la visite... 

La Cité de la Musique et Mondomix ont déployé dans l'exposition Great Black Music des trésors d'ingéniosité pour satisfaire à la fois le groupe et l'individu, dans un même espace.



Mon compagnon de visite a bonne mémoire

Comment permettre au visiteur d'enregistrer des données personnelles (favoris, performances, etc.) accessibles plus tard en ligne ? Laissons de côté l'option A - développement d'une application publiée sur un store (Apple ou Google). Au moins deux autres solutions :

  • à la Cité de la Musique, pour Great Black Music, on distribue un Smartphone paramétré par un partenaire et fournisseur technique (Archos, en l'occurrence),
  • à la Cité des Sciences et de l'Industrie, pour Jeu Vidéo l'expo, on invite à conserver un coupon qui nous servira à enregistrer des données par flashage de QR code et à se rendre - manuellement - en ligne pour retrouver son compte.
Interface du contenu #23 : plusieurs chapitres

Autant dire que l'option Smartphone est bien plus confortable pour le visiteur, qui n'a qu'à enregistrer son adresse de messagerie. 
L'application fait le reste : elle m'envoie un mail de contact avec le lien dédié et unique, elle sert d'audioguide durant mon parcours, elle sauvegarde mes chansons favorites et met à jour ma playlist.

Espace public, expériences privées

En fait, ce dispositif d'application Great Black Music va plus loin : il rend les salles de l'exposition intimes, dans le sens où le visiteur est isolé au niveau sonore (il porte un casque audio), où il navigue d'îlot en îlot au gré de ses motivations, où il ne partage pas ses préférences musicales mais les garde à portée de clic.


En même temps, l'exposition reste un lieu de partages et d'échanges collectifs : plusieurs salles invitent à retirer le casque audio un instant, pour participer à des activités autour d'interfaces de groupe, pour jouer avec des instruments de musique, pour apprendre à danser avec des coachs filmés (et se faire filmer).

Laissez le casque audio de côté !
Une salle collective : expérience de groupe
Chorégraphie et mixage

De posture en posture

Et si Great Black Music nous éduquait, nous apprenait à quitter notre confort privé pour aller vers la rencontre ? Penchons-nous sur le parcours de visite :



  1. Les légendes des musiques noires - je découvre l'application Smartphone avec des contenus qui me rassurent (les grandes figures historiques de la musique), je profite de la disposition en îlots pour optimiser mon parcours et je commence à créer ma playlist.
  2. Mama Africa - je trouve une place dans le groupe mais je conserve la liberté de choisir l'écran qui m'intéresse (cette salle privilégie une diversité de postures d'écoute, de zapping, de discussion)
  3. Rythmes et rites sacrés - j'abandonne le casque audio pour m'immerger dans une projection à 360°
  4. Un fil historique - d'un côté une frise chronologique que je peux retrouver en ligne (avec le webdoc L'Odyssée des musiques noires), de l'autre côté une vitrine d'instruments de musique, moment de linéarité
  5. Juke box - je troque la station debout pour la station assise et j'explore plus avant les mouvements musicaux, écoutes de morceaux à la clé
  6. Les amériques noires - retour à un espace pluriel et partagé, je réinvestis des contenus chapitrés sur lesquels je peux prendre la main (si personne ne sollicite un écran, c'est moi qui choisis le thème que je souhaite regarder)
  7. Global mix - passage à la pratique avec des ateliers danse et mixage
1 - Les légendes des musiques noires (écran du Smartphone en bas, projection en îlot en haut)

2 - Mama africa (le numéro en haut à droite de l'écran sert de repère audioguide)

2 - Mama africa (orientations d'écoute et de regard)

5 - Juke box (appropriation d'un écran)

6 - Les amériques noires (partage d'un écran)

Vers une stratification de postures

En synchronisant l'écoute audio privée avec ce qui se joue sur les écrans publics, l'application Smartphone oblige à respecter le temps d'observation de l'Autre. Comme si la technologie nous empêchait de jouer des coudes pour lire avant son voisin le cartel du média.

Sans vraiment s'en rendre compte, le visiteur bascule d'une connaissance populaire des interprètes noirs à un savoir pointu des pratiques musicales africaines, latines, etc. C'est toute l'intelligence de Great Black Music : donner à comprendre un champ vaste, dont le domaine (musical) apporte un capital sympathie certain. 

Assis, debout, en mouvement, à l'écoute...

La Cité de la Musique parvient à capitaliser sur cette appétence naturelle : on ressort de l'exposition comme on rentre de voyage, de la musique plein les oreilles, et la certitude de prolonger l'expérience chez soi. 

Pourquoi un tel succès ? Sans doute l'évolution d'une posture à l'autre y est pour beaucoup : en engageant le corps et les sens dans le parcours, la musique redevient vraiment great.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…