Accéder au contenu principal

Trophée PRODIJ 2012

photo d'équipe avec C. Batisse et A. Bouras
Catherine Batisse, Célia Bonnet-Ligeon, Abdelaziz Bouras

Un prix pour le Vitrailloscope

Le jeudi 13 décembre 2012, l'équipe e-Tourism de l'IUT Lumière Lyon 2 et moi-même étions invités à la cérémonie de remise des prix du Trophée PRODIJ (Programme d'aide aux Projets des Jeunes) 2012 de la Ville de Lyon. 

Le Vitrailloscope s'est donc vu remettre le prix des Nouvelles Technologies, une récompense qui fait plaisir au vu des longues heures de travail qu'il nous aura fallu pour mener à bien ce projet.

Une soirée riche en découvertes


Au programme : la découverte d'initiatives diverses et variées, et de jolies rencontres pour des projets à venir (je pense notamment à l'association Trabouloscope qui prépare des webdocs lyonnais très intéressants... à suivre donc...).

Merci à Dominique Sonjon et à la Ville de Lyon pour ce beau trophée !


Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Naturellement, parler à la machine

Lors de son intervention au Web à Québec 2017, Mat Velloso (Microsoft) insiste : non, il n'est pas nécessaire de parler à un robot de conversation alors qu'on peut tout simplement cliquer sur un bouton...  
Selon lui, les robots de conversation (ou chatbots) sont performants dès lors qu'ils permettent à l'utilisateur d'accéder plus rapidement à une information. Peu importe qu'on lui parle, qu'il nous écoute et nous réponde.

La voix ne sera utilisée qu'en dernier recours, après le clic et la saisie de texte : par exemple quand, au volant, on ne peut pas manipuler son téléphone.

Toutefois, la reconnaissance vocale permet dans certaines situations d'enrichir une expérience. Avec Wiidii, un assistant hybride personnel développé par une société bordelaise, l'apport d'informations se construit sur la base d'un échange, textuel ou vocal.

J'ai pu tester cette application lors du Talent Day 2016 organisé par Imaginove sur le thème de l'…