Accéder au contenu principal

Mon IA idéale

Le développement d'intelligences artificielles (IA) va bon train. Parmi les produits prometteurs, on trouve l'assistant personnel avec toutes ses promesses d'omnipotence et d'efficacité. Mais au fait, ce serait quoi, votre IA idéale ? De quoi auriez-vous vraiment besoin ? Et pour faire quoi ?


Illustration empruntée à la websérie Homo Digitalis

Relation


Dans le premier épisode de la websérie Homo Digitalis, diffusée sur ARTE, on mesure l'écart culturel entre Européens et Japonais quant à l'acceptation d'une intelligence artificielle comme amie. Pour les Japonais, la location d'une amie (réelle ou virtuelle) a ses avantages.

Notamment être "soi-même" (sic) et pouvoir balancer ses véritables opinions et émotions à son ami(e) sans risque de vexation. 

La chroniqueuse allemande, quant à elle, plaide en faveur de l'interaction - c'est-à-dire littéralement d'une action réciproque - ce à quoi l'une intelligence artificielle ne semble pas en mesure d'accéder.

Pourtant, dans un précédent article, j'avais évoqué la richesse des échanges possibles avec une interface "intelligente", notamment avec Wiidii.

Davantage qu'une relation basée sur l'émotion (amitié ou plus si affinités), l'intelligence artificielle me semble capable d'être un excellent coach. Je ne parle pas seulement de coach sportif mais surtout de situations d'exercices où l'intelligence artificielle pourrait me faire progresser :
  • améliorer le pitch d'un projet 
  • me faire réviser des dialogues en langue étrangère
  • me préparer à un entretien d'embauche
  • me faire jouer des scénarios de type : comment demander une augmentation ou bien comment demander à mes voisins de faire moins de bruit (scénarios qui me permettraient de trouver des tournures de phrase optimales)
  • ...
Tout ce qui s'apparente à un jeu de rôle me semble pertinent. Les avantages de l'intelligence artificielle sont évidents : sa disponibilité, sa multitude de répétition avec des variations et sa capacité d'alimenter des scénarios avec des informations réelles.

Efficacité

Les assistants personnels migrent du Smartphone vers la domotique, accroissant ainsi leur aire d'influence via les autres objets connectés de la maison (écrans, luminaires, électroménager).

Des dispositifs comme Google Home ou Viv montrent comment les développeurs traduisent le langage naturel formulé en question :
OK Google [...] Ajoute des yaourts à la liste de courses.



Cette programmation permet de gagner en efficacité (on part du principe que la reconnaissance vocale fonctionne, d'accord ?) : plus besoin d'ouvrir sa liste de courses pour ajouter un item, l'assistant personnel réalise l'action sur commande.

Pour ma part, j'aimerais gagner en efficacité sur les manipulations quotidiennes de mon ordinateur. Par exemple, si je veux envoyer un document depuis mon Drive à quelqu'un, je vais devoir :
  • lancer ma messagerie
  • adresser un nouveau message au contact que je recherche
  • ouvrir mon tableau de bord Trello car je suis sûre d'avoir copié ici le lien du document qui m'intéresse
  • ouvrir ce lien
  • copier le lien
  • coller le lien dans mon nouveau message
  • écrire un petit mot gentil (quand même)
  • envoyer le message
Bien sûr on peut imaginer des variantes (partager directement depuis Drive) mais dans cette chaîne d'actions, la seule valeur ajoutée est la rédaction de mon petit mot gentil. J'aimerais qu'une intelligence artificielle puisse prendre en charge le reste.

Ce genre de manipulations concerne absolument toutes mes actions sur mon ordinateur : messagerie, réseaux sociaux, recherches, favoris... Et comme je travaille sur plusieurs projets en même temps - comme beaucoup d'entre nous - mes interfaces de production ne sont pas les mêmes tous les jours.

Toutefois, je ne crois pas que l'interaction vocale soit la plus naturelle ni la plus efficace. Des commandes et raccourcis clavier me semblent mieux convenir à ma manière de travailler.

L'un des nouveaux services en ligne que je trouve le plus réussi est tout simplement la prise de rendez-vous médical sur les plateformes comme MonDocteur.fr et Doctolib. La possibilité de prendre rendez-vous en ligne à tout moment, en moins de 5 minutes et en qualifiant mes besoins (maladie ; vaccination ; certificat médical) a très probablement contribué à l'amélioration de mon parcours de santé. Et il ne s'agit même pas d'intelligence artificielle.

Connaissance

L'une des promesses de l'assistant personnel est de porter à notre connaissances des sujets qui pourraient nous intéresser, donc de faire le tri parmi la multitude d'informations existantes.

A ce titre, je vous invite à tester Flint :
une newsletter personnalisée confectionnée avec amour par des intelligences artificielles

Le principe est simple : l'intelligence artificielle va sélectionner les articles qui sont le plus susceptibles de vous plaire - et parfois tenter de vous surprendre.


Les bots sont comme des sportifs : il faut les muscler ! C'est pour cela qu'a été conçu le centre d'entraînement (training center) un espace de "programmation" où l'on note les articles parmi trois propositions (j'aime ; je n'aime pas ; je doute).



Le robot va ensuite sélectionner les articles en fonction de vos manifestations d'intérêt ou de désintérêt. Attention : la première fois, vous risquez d'être surpris par l'étendue des propositions...



La newsletter tombe chaque jour dans ma messagerie, dans un dossier dédié que j'ai créé dès l'activation du service afin de ne pas être submergée.

Quant on sait que plusieurs entreprises, dont Google, travaillent sur la reconnaissance des émotions et des gestes humains, peut-on espérer relier réaction et proposition ? Ainsi, une moue dubitative à la lecture d'un article suggéré par Flint l'incitera à ne plus me faire la même proposition le lendemain...

Tout comme les applications d'analyse du sommeil, mon assistant personnel pourrait étudier mes temps de concentration ou de dispersion pendant la journée. Ainsi me proposer des articles à des moments privilégiés, où je serais le plus réceptive, par exemple pour faire une pause ou au contraire me concentrer de nouveau sur un sujet.

Et vous, utilisez-vous des assistants personnels ? Sous quelle forme ? Qu'est-ce qui vous change(rait) la vie ?




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…