Accéder au contenu principal

Comment mobiliser à distance

Dimanche 7 mai 2017 a eu lieu la 4ème édition de Wings for Life World Run : une course à pied caritative organisée simultanément partout dans le monde. Comment est-ce possible ? Plusieurs facteurs clés permettent à chacun de participer via une application Smartphone.


Notre environnement numérique nous permet aujourd'hui de participer à toutes sortes d'actions à distance, en synchrone ou en asynchrone. De nombreux projets misent sur des plateformes web ou des applications mobiles pour engager un public plus nombreux.

Or, il ne suffit de mettre à disposition l'outil. Il s'agit de susciter réellement l'envie de participer, de créer et d'alimenter la motivation.

Le cas de Wings for Life est exemplaire : la course a mobilisé plus de 155 000 coureurs partout dans le monde. Sa conception et sa réalisation ne peuvent qu'inspirer tous les projets visant à engager une foule à distance (je pense par exemple à Zéro Impunity et sa marche 3D).

Alors, quelles sont les règles à suivre ?

Règle n°1 : c'est pour une bonne cause


Wings for Life reverse l'intégralité des dons récoltés à la recherche contre les lésions de la moelle épinière.

We run for whose who can't - slogan de la course : courir pour ceux qui ne peuvent pas ou plus

C'est une première étape dans l'engagement - on a plus volontiers envie de s'impliquer lorsqu'on agit pour une cause qui nous touche. Et comment ne pas se sentir concerné en tant que sportif qui court sur ses deux jambes ?

La plateforme web permet à chacun d'organiser une campagne de collecte, avec témoignage et photos à l'appui.



Règle n°2 : c'est maintenant !


La course commence à 11 heures UTC. Le fuseau horaire de référence donne ainsi l'heure de départ dans chaque pays et synchronise tout le monde. En France, le départ est donné à 13 heures.

Cette synchronisation permet à la course de profiter d'une incroyable diversité d'ambiance : chaque coureur s'élançant à un moment différent de la journée.



Règle n°3 : adapter les objectifs

Comment faire pour inventer des parcours de même distance dans chacun des lieux participants et respecter les équivalences de dénivelé, de terrain, etc ? Devant cette problématique, la course prend la question à l'envers.

Dans Wings for Life, il n'y a pas de distance à atteindre a priori. Alors que, dans n'importe quelle autre course à pied, on s'inscrit sur une distance (10 km, 21 km, 42 km, etc.), ici on cherche à courir le plus loin possible.

C'est la catcher car qui marque la fin de la course : sorte de voiture-balai améliorée, elle symbolise la ligne d'arrivée. La voiture part 30 minutes après le départ officiel. Elle rattrape peu à peu les coureurs dont l'enjeu est de maintenir la plus grande distance avec elle.

De cette manière, les coureurs occasionnels finissent la course rapidement, à la hauteur de leurs possibilités. Pour les autres, la poursuite peut s'engager un bon moment... En témoigne le vainqueur de l'édition 2017 qui établit le record à plus de 92 km.



 

Règle n°4 : s'appuyer sur des événements IRL (in real life)

La course est organisée à plusieurs endroits dans le monde : ce sont les points rouges représentés sur la carte ci-dessous. (pas une seule ville en France, hélas)

Le fait de savoir qu'un événement a lieu quelque part, que des gens sont rassemblés, qu'une organisation s'est préparée pour cette course sont des facteurs motivants.




Règle n°5 : forcer l'engagement

Pour me sentir engagée, j'ai besoin d'une personnalisation : c'est ce que permet l'application Smartphone.

Parmi les fonctionnalités proposées, celle de m'entraîner avant le jour de la course, afin de bien comprendre le principe de la catcher car et de me fixer des objectifs personnels.

En m'inscrivant via l'application, je suis enregistrée dans la liste officielle des participants : je reçois un numéro de dossard et un fichier à imprimer pour l'accrocher à mon tee-shirt le jour J.

Au fur et à mesure des jours, l'application me conseille de m'entraîner, me rappelle l'heure du départ et me prévient même qu'elle se lancera automatiquement le dimanche !

L'élément le plus convaincant a sans doute été la radio : en l'allumant via l'interface de l'application, j'entendais directement les commentateurs officiels de Wings for Life avec l'ambiance de la course ailleurs dans le monde. Le son, l'élément le plus impliquant pour vivre une expérience... (relire à ce sujet cet article sur les robots de conversation)




En conclusion, l'application Wings for Life m'a donné l'impression de vivre un événement mondial, par le biais d'un dispositif global. Le facteur de réussite se situe sans doute dans la clarté et la fermeté des consignes : sans possibilité de transiger, sans demi-mesure, on adhère au dispositif... ou non.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…