Accéder au contenu principal

Histoire d'une identité professionnelle

Après un an d'activité freelance, Sirdar Électrique est né(e). Un nom et une identité visuelle nécessaires pour présenter mon domaine de compétences.

Se lancer

En 2016, après une expérience de trois années enrichissantes à Canopé Lyon, j'ai entrepris de tester la viabilité de mon activité professionnelle en freelance : c'est-à-dire travailler à mon compte pour des structures qui auraient besoin ponctuellement de mes compétences.

J'étais aidée par des collègues et amis proches qui, dans la même période, se sont lancés eux aussi. Sommes-nous des slasheurs ? En tous cas, nous naviguons allègrement entre commandes, projets à porter et lubies.

Ma première mission, je la réalise en janvier 2016 pour une journée de formation webdocumentaire à Canopé Lyon - histoire de faire la transition. Puis, des opportunités s'offrent via mon réseau professionnel et mes proches qui m'apportent leur aide précieuse.


On raconte des histoires à Lyon... @poleimagesnums

S'inspirer

Peu à peu, les missions s'enchaînant, je ressens le besoin de créer quelque chose qui serait l'image de mon activité professionnelle. Quelque chose dont je pourrais parler, que je pourrais porter et défendre, mais que je pourrais aussi oublier le temps de faire une pause.

En parallèle, un intérêt soudain pour le Népal et sa culture (qui fait écho aux montagnes de ma Savoie natale) m'amène à organiser un voyage dans la vallée de l'Everest. C'est mon premier axe : la figure du sirdar - guide de montagne, professionnel qui hérite d'une culture local (Sherpa) et qui se forme à la gestion du risque, aux premiers secours, à la géographie, aux modes de communication pour les touristes qu'il conduit vers les sommets.


Nima Nuru Sherpa, mon sirdar à Gokyo Peak

Mais la symbolique de la conquête du sommet est usée : je ne compte plus les agences qui lient cordée et collaboration, ni les coachs qui veulent inscrire l'ascension de l'Everest sur leur CV - à tout prix, comme le raconte Miss Hawley dans cet excellent article.

Une autre influence joue pour moi : celle de la fiction d'anticipation, largement populaire avec Black Mirror et autres séries qui dissertent brillamment sur les possibles d'un tout numérique.

Si, comme moi, vous avez été touché(e) par l'écriture de Philip K. Dick, vous vous souvenez de sa nouvelle qui inspira le film Blade Runner : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques. En 2016, l'univers transmédia via Arte s'emballe pour l'auteur psychédélique et lui consacre une série qui comporte documentaire, jeu vidéo et film immersif.


L'univers pop de Californium, jeu vidéo

Le mouton électrique - cette autre figure implantée dans l'imaginaire collectif jusqu'à Pokémon ! - est un être hybride qui conjugue instinct grégaire et puissance naturelle. Sans mouton, Ray Bradbury chantait déjà le corps électrique, en référence à Walt Whitman.


Wattouat, un mouton électrique à la sauce kawaï

S'éloigner


C'est avec cette demande - sirdar électrique - que je recherche un graphiste pour imaginer mon logo.

Je recense dans un album les inspirations visuelles qui me plaisent, comme une bouteille à la mer. C'est Jérôme Rolland, rencontré à l'occasion d'Ardèche Mix Camp, qui répond à l'appel. Fondateur et dirigeant de goticaardecana, il soutient lui aussi un nom à rallonge !

D'abord inspirés par la montagne, puis effrayés par la prolifération des pics et crêtes en triangle dans le domaine des marques sportives, des clubs de ski et des stations, nous revenons aux fondamentaux : sirdar électrique c'est un animal hybride, aux traits humanoïdes et aux couleurs variables.




S'y retrouver

Mon activité, avec sirdar électrique, est au croisement de deux grands domaines : l'expertise numérique et la formation d'adultes.

C'est-à-dire pouvoir à la fois conseiller, orienter, cadrer des projets en lien avec le numérique - et particulièrement des projets culturels -, tout en formant, transmettant des compétences, adopter une approche de partage afin de s'assurer qu'une action perdure dans le temps.

Sur mon site web srdr.fr, je donne des exemples concrets d'application :



 

Le champ d'action est ouvert et les projets sont en cours. Alors, on travaille ensemble ?



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …