Accéder au contenu principal

Qui croit encore au feedback ?

Nous sommes assaillis par des avis, des commentaires, des retours sur ce que nous faisons ; le web social a ouvert grand la porte à la possibilité de feedback, c'est-à-dire qu'il a permis à chacun de s'exprimer au sujet d'une information reçue.

Mais lorsque nous sommes nous-mêmes émetteurs du contenu, comment ce feedback influence-t-il notre propre comportement ?

Tour d'horizon de ces rétroactions.



La rétroaction est l'action en retour d'un effet sur sa propre cause : la séquence de causes et d'effets forme donc une boucle dite boucle de rétroaction. 
Définition Wikipédia

En production - régulation stable

Depuis plusieurs années, la tendance du management est aux méthodes de production dites "agiles" : la plus représentative étant sans doute la méthode SCRUM.

The Scrum process is suited for projects with rapidly changing or highly emergent requirements. [...] The Scrum model suggests each sprint begins with a brief planning meeting and concludes with a review.
Extrait du site Moutain Goat Software 

En d'autres termes, cette méthode suggère une rétrospective régulière et programmée de toutes les actions menées, y compris dans leurs dysfonctionnements, afin d'améliorer constamment le processus de production.

SCRUM se base donc sur le principe d'itération, qui désigne l'action de répéter un processus : par exemple le sprint. D'ailleurs, le terme "itération" vient du latin iter, le chemin.


Représentation du sprint
Les étapes du sprint

Pourquoi cette rétrospective ?
Pour apprendre ; la durée d'un sprint étant définie sur une période relativement courte (1 à 6 semaines), l'apprentissage issu de l'expérience peut être plus facilement réinvesti dans le sprint suivant, avec à la clé des produits mieux adaptés aux besoins de l'utilisateur final.

En réunion - extinction progressive

Curieuse expérience que celle de la visioconférence : un espace virtuel où plusieurs sources d'image se retrouvent côte à côte, dans des contextes différents, des conditions techniques plus ou moins stables, et où il faut néanmoins tenir l'ordre du jour, dialoguer, avancer.

Inévitablement : on se jauge, on se recoiffe, on cherche une position naturelle, parfois sans la trouver, on s'observe en train de parler. Dans ce cas, le feedback est négatif, il nous distrait, nous détourne de l'objet de la discussion, jusqu'au point où nous cédons et stoppons le retour caméra. Ouf !

Polycom RealPresence CloudAXIS

En posant - emballement et effet boule de neige

Au contraire, l'objectif s'active et devient phénomène social d'amplification continuelle avec le selfie, ou l'art de se prendre soi-même en photo.

Ses effets attendus :
  • se voir
  • diffuser une image contrôlée de soi
  • avoir une preuve (d'un événement, d'une visite, d'une rencontre)

L'astronaute Aki Hoshide - copyright AP Photo / NASA

David Doubilet dans une cage à requin - copyright National Geographic Magazine

La perche à selfie, symbole s'il en est un de cette nouvelle pratique, se voit rapidement interdite dans les musées (lire ici, ici et ), qui dénoncent leur dangerosité pour le public et pour les œuvres. 

D'autres musées, au contraire, encouragent la prise de selfies en mettant à disposition des visiteurs plusieurs œuvres 3D (lire l'article sur Culture Box).

Mais au fond, est-ce la photo qui compte ou bien le bouton situé juste à proximité ?


Combien d'entre nous ont-ils déjà modifié un post, un tweet, la légende d'une photo pour recueillir plus de commentaires positifs ? 

Dans quelle mesure rédigeons-nous librement sur le web ? Sans anticiper sur les réactions de nos "suiveurs" ? Sans chercher la formulation choc, le bon mot, la punchline ? 

En visionnage - la panne de communication

Les projets documentaires ou artistiques sur le web parviennent à des degrés d'interactivité très élevés. Ces effets sont utilisés majoritairement à des fins d'immersion : donner l'impression que l'internaute a une influence sur l'action, qu'il peut décider, qu'il peut orienter, ou bien au contraire le prendre au piège de sa propre identité numérique publique.

Le clip interactif d'Arcade Fire, Just a Reflektor, réalisé par Vincent Morisset, joue sur le premier tableau. L'internaute peut agir visuellement sur les images en connectant deux écrans (son ordinateur et sa tablette, son ordinateur et son Smartphone, ou tout simplement sa souris comme second écran).

Génération d'images 2D et 3D

Orientation de l'appareil détectée

Communication entre plusieurs appareils en temps quasi réel

Le dispositif double formellement le discours de la chanson : il prend à la lettre le concept de miroir pour placer l'internaute en situation d'acteur. Qui, de ce fait, retiendra mieux la mélodie ?
C'est en tous cas une belle prouesse technique, documentée et open source pour le reproduire chez soi.

Le projet In Limbo, quant à lui, questionne le traitement des informations personnelles en ligne.
Il nous invite à synchroniser nos comptes et notre webcam pour - sans surprise ! - piocher dans nos contenus personnels et nous les soumettre à plusieurs endroits du webdoc.

Mot d'accueil

Synchronisation

Oui, en effet, c'est moi, et donc ?

Intégration de mon image

Malgré un niveau de technicité accompli, je ne peux m'empêcher de penser que la communication est affaiblie : je n'ai pas besoin que l'on aille extraire certains de mes tweets, photos, articles, qu'on les intègre dans un environnement hétérogène, pour comprendre que mes publications en ligne sont sources de questionnement.

L'immersion repose sur des mécanismes d'identification et de narration indépendants, à mon sens, de la seule interaction rendue possible par le numérique.

A l'écoute - amoindrir, reformuler, questionner

Que penser d'un endroit en ligne qui ne nous fournisse aucun feedback tiers ? Cet endroit pourrait s'appeler 1D touch, une plateforme de streaming musical équitable et solidaire, qui a fait le pari de la diversité culturelle.

Sur ce site, connectée à mon espace personnel, le goût des autres n'interfère pas avec mes choix d'écoute musicale. Aucun top, pas de classement, pas de fans. Je ne peux me fier qu'à la pochette de l'album et au nom de l'artiste.

Choisir sans classement

Ecouter sans avis d'autrui
Comparaison avec la fiche du même album sur le site Deezer, premier site d'écoute de musique à la demande :

L'onglet "Fans"

Bien sûr, la prescription est permise sur 1D touch, et même recommandée afin de renouer des liens avec son bibliothécaire, son animateur de centre culturel, son disquaire.

Suggestions de playlists


En se dégageant des enjeux du j'aime / j'aime pas, 1D touch repose l'équation du web social et ouvre le champ des possibles. 

Ce modèle qualitatif est-il viable dans un système quantitatif où la réussite d'un projet a pour indicateur un nombre de vues ? 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…