Accéder au contenu principal

Image(s) de l'inconnu

Imaginer la vie des inconnus.
Une source de rêverie ancienne qui inspire aujourd'hui de nombreux Tumblr alimentés de rencontres dans la rue, dans les transports publics, dans les parcs, dans les bars, des individus sur lesquels sont plaqués un nom, un visage, une anecdote, une histoire.

Tentative de recensement des viviers d'inconnus sur le web.


{1} Charly écoute du disco

Les illustrations de cet article sont extraites des sites suivants : 

  1. Superpause 
  2. Humans of Paris 
  3. L'inconnu du tramway 
  4. Premiers métros 
  5. Humans of New York 
  6. Portraits de Montréal 
Les numéros des légendes correspondent aux numéros ci-dessus.


Montre-moi ta fiche

Basées sur le portrait, ces banques d'images font la part belle au visage, au contexte, à la mise en lumière, à la mise en scène.
Avec quelques variantes selon le photographe.

{5} Retranscription brute dans un cadre aéré

{6} Retranscription brute, on resserre
{3} Mise en contexte
{2} Point de vue personnel du photographe
{4} Ajout d'information : le trajet
{1} Ajout de contenu : la musique écoutée

Et l'interface ?

Tous les sites web visités adoptent le même principe de navigation : celui de la mosaïque de fiches, classées antéchronologiquement, avec un accès par scrolling aux contenus plus anciens.

{1} Priorité aux photos
{3} Les prénoms percent
{6} Abstract

{5} Equilibre image / texte

{4} Accès direct au texte

Le clic sur une fiche déclenche sa mise en valeur via une fenêtre pop-up, pour la plupart du temps.

Ces interfaces sont truffées de raccourcis vers les réseaux sociaux : soit pour fidéliser l'internaute (s'abonner), soit pour basculer sur une autre plateforme (de Tumblr vers Facebook), soit pour inviter au partage.
Mais est-il dans nos usages de partager une photo d'un inconnu en particulier ?

Essaimage

Dans son émission Les nouvelles vagues, Marie Richeux accorde 5 minutes de parole à une personnalité pour qu'elle raconte un "moment singulier de basculement", une rencontre avec une oeuvre forte.

Sans photo mais en audio, l'exercice est passionnant, car l'auditeur (re)découvre un auteur, un cinéaste, un tableau, un événement, à travers les yeux d'un autre et par sa voix. 
Bientôt en réalité virtuelle ?

Au singulier


Connaissez-vous d'autres références de sites web qui travaillent sur le même principe ?
Les commentaires sont ouverts !





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …