Accéder au contenu principal

Flânerie de fin d'année dans les excédents

La gratuité a le vent en poupe ; applications à "obtenir", services numériques en bouquets, versions démo en cadeau et modèles freemium peu contraignants, nous avons accès tous les jours à une multitude de contenus de haute qualité et à des dispositifs de plus en plus généreux. 

Parfois à leur insu.

© Jon RAFMAN - 9eyes.com


Nul ne sait le pays d'où je viens

Depuis plusieurs années, Jon Rafman parcourt le globe tel qu'il est cartographié par le véhicule équipé de Google pour son service Google Street View.

Sur son Tumblr 9-eyes, il aligne ses pépites comme des haïkus visuels complètement décontextualisés et sublimes. Impossible a priori de localiser l'endroit où la photo a été prise, sauf à se fier à l'architecture, à la lumière, aux styles vestimentaires.

Nous savons seulement que la scène a bien eu lieu, quelque part.

Jumeau ou vélocité ?
Un message à l'attention de Google
???

En flânant sur l'immensité ouverte de ce nouveau monde virtuel, ou bien en traquant l'insolite avec méthode et boussole en main, Jon Rafman nous offre à son tour des bribes de signifiant.

Il détourne un outil par le biais de ses plus infimes parties ; des détails, des incohérences, des situations auxquelles il donne une valeur, qu'elle soit photographie artistique, source journalistique, enquête de terrain ou comique de situation.

Zones d'ombre sur la toile

Mouvement inverse avec l'application éditée par la RMN (Réunion des Musées Nationaux) et intitulée Visite Guidée 360° de l'exposition Bohèmes, Grand Palais, Paris.

Là où 9-eyes va chercher du sens dans des espaces inoccupés, cette visite orchestrée par Mosquito ne fait pas l'économie des zones vides.

L'idée de visite virtuelle s'inscrit bien dans la tendance de cette année 2012 - où la visite virtuelle est suffisamment bien identifiée pour entrer dans les cahiers des charges des collectivités et des institutions, où les équipes techniques ont suffisamment investi le terrain pour jouer sur l'encastrement des médias (photo 360° + vidéo + hotspot + carte + ...).

C'est le cas ici : une médiatrice du musée (filmée) nous guide dans les salles de l'exposition Bohèmes (photographiées et distordues à cause de la sphère du 360°), en nous offrant la possibilité de suivre le parcours pas à pas (flèches directionnelles) ou bien de piocher l'une des thématiques (sur la carte).

De quelle oeuvre parle-t-on ?
Proximité mais distorsion
Figée dans le champ, la gestuelle se réinvente

Cette application, gratuite, nous emmène donc à la découverte de plusieurs POI de l'exposition. Son but avoué est de nous donner envie de nous rendre physiquement au musée et d'aller explorer d'un peu plus près les tableaux que l'on voit bien accrochés aux murs, sans pouvoir les agrandir sur son écran. 

D'ailleurs, une application complémentaire - payante cette fois-ci - restitue ces œuvres dans leur meilleure résolution. Il s'agit ni plus ni moins d'un catalogue d'exposition numérique. 

La visite guidée offre toutefois davantage d'intérêt à mes yeux. Pas seulement pour ce qu'on y apprend - même si le contenu de qualité dure 30 à 40 minutes, le temps d'une visite avec un groupe.

J'ai d'abord été amusée par la plasticité de la sphère de visite virtuelle : le pinch&zoom, activé et peu restreint, permet des aberrations jubilatoires.

Le musée de la perspective biscornue

Après avoir exploré et testé les limites de la perspective, divers bugs d'affichage nous invitent à méditer sur l'hétérogénéité des médias et leur impossible chevauchement. L'immersion est donc bien virtuelle, aucun doute à ce sujet.

Elle est passée par-ici...
La zone sombre représente le cadre de la vidéo

Allons plus loin puisque personne n'a limité les zones de déambulation : les sphères 360°, proposées dans leur intégralité, nous font lever les yeux vers la verrière à l'ambiance nocturne, nous mettent au défi d'aller occuper la chaise vide du gardien ou bien nous montrent...rien ! des espaces totalement insignifiants.




J'ai donc beaucoup apprécié suivre la visite, mais aussi à déjouer le regard attentif de la médiatrice pour fouiller dans les coins du musée laissés à l'abandon.

Sous couvert de reproduire une forme de médiation traditionnelle - une personne face à un groupe - l'application Bohèmes invente en fait une nouvelle forme d'échange à distance, non interactif, non simultané mais profondément ludique. Il suffirait de peu - quelques interpellations pré-enregistrées par exemple - pour renforcer cette impression.

L'interstice de l'engagement

Anticiper les usages : voilà ce qu'a fait Elliot Lepers avec son extension pour navigateur Amazon Killer. Cette fonctionnalité permet de trouver quelle librairie près de chez soi dispose dans ses stocks d'un livre consulté sur Amazon.

Puisque le web est généreux, il partage des bases de données aussi enrichissantes et performantes que celle de la Place des Librairies, service sur lequel s'est appuyé Elliot Lepers. Celui-ci explique d'ailleurs très clairement dans cet article quelle a été sa logique de développement et pour quels objectifs.

L'action "Acheter en librairie" d'Amazon Killer

La donnée existe et fonctionne, il faut en faciliter l'accès


Générosité superflue avant Amazon Killer, donc ? Cette base de données des libraires n'est pourtant pas un excédent d'information. Disons plutôt que cette matière raffinée - et pas matière première car déjà indexée, mise à jour et mise en forme - est transformée par Amazon Killer pour une utilisation massive et engagée.

Le web donne. Prenons tout ce qu'il offre, que ce soit pour nous divertir, pour notre sensibilité culturelle et artistique, pour notre implication politique et sociale, pour que 2015 poursuive son oeuvre de grand détournement.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…