Accéder au contenu principal

Dispositifs trans-médias pour projections de groupe

Avec l'avènement du web social (2.0) et le développement des nouvelles technologies, l'interaction homme / machine et la collaboration entre individus sont devenus des critères omniprésents dans la conception de nos projets.

D'où vient cette injonction de rassembler des groupes ? Pourquoi vouloir fédérer des communautés ? A quoi bon faciliter les partages ? 

Ou plutôt : ces échanges collectifs ne naissent-ils pas au moment-même de l'appropriation de l'outil et de ses contenus par un groupe ?

Fragment de la Tapisserie de Bayeux (envers)

Détournement de fonds : étude de cas


En visite à Bayeux avec des amis, nous décidons d'aller voir la célèbre tapisserie éponyme. Le parcours est très scénarisé : nous déambulons d'abord avec l'audioguide le long de la pièce maîtresse du musée, puis rejoignons les salles annexes qui tissent le contexte de l'oeuvre, son histoire, etc.

Un dispositif de médiation attire l'attention de tout notre groupe : il s'agit d'un écran tactile installé en évidence, au centre d'une salle, en plan incliné. Une interface nous invite à naviguer dans la tapisserie, à zoomer, à visualiser son envers... Un vidéoprojecteur reproduit les actions de l'écran tactile sur le mur en face de nous. C'est là que l'interaction de groupe prend forme. 

L'interface tactile

Manipulation et projection sur deux plans différents

Gestuelle bien ancrée du tactile (pinch&zoom)
Nous imaginons aussitôt une histoire : chaque membre du groupe choisit un moment qu'il a aimé dans la tapisserie et va poser devant la projection murale, à côté d'un personnage fétiche ou dans une situation comique. Nous échangeons tous ensemble pour retrouver un passage intéressant, manipulons l'outil à plusieurs pour définir le bon niveau de zoom, puis nous prenons en photo pour garder des souvenirs de groupe.

Ma pose (appréciez la sophistication de la mise en scène)
Je n'imagine pas le concepteur de ce dispositif se projeter sur une telle utilisation par un groupe. Le VP a sûrement été placé dans cette salle pour faire écho à la manipulation (individuelle) qui se joue sur l'écran tactile, afin que d'autres visiteurs profitent en même temps du spectacle (public).

Le dispositif nous a néanmoins donné un cadre technique et de contenu, dans lequel notre groupe a pris plaisir à improviser.

La collaboration au forceps

Dans l'exemple de Bayeux, rien n'incitait à une utilisation collective du dispositif mis en place. Peut-on penser que nos improvisations auraient été encouragées par une conception en amont des usages de groupe ?

Autrement dit : un internaute qui souhaite transmettre un article web à un proche ne le fera-t-il pas indépendamment d'un bouton incitatif de partage ? Certes, ce bouton Partager peut faciliter la manœuvre, mais est-il à l'origine d'une intention d'échange social ?

La thèse INCA ("Innover dans le Numérique pour la Collaboration et les Apprentissages"), menée par Carolina Gracia-Moreno, étudie depuis 2013 le potentiel des dispositifs numériques dans les actions collaboratives, à l'aide d'une grille d'observation basée sur la comparaison entre un groupe numérique et un groupe papier / crayon.

Le projet INCA

Des dispositifs très similaires existent depuis plusieurs années et émergent parfois d'ateliers créatifs, comme si l'articulation entre un outil intime (la tablette) et une restitution commune en temps réel (projection sur table ou sur mur) était la condition sine qua none d'un travail en groupe.

Kaléidoscope, centre Erasme (Département du Rhône)

Le transmédia comme différenciation

Et si le dispositif numérique n'était pas plus bénéfique - ni moins bénéfique - aux interactions de groupe, mais qu'il était simplement une manière de diversifier l'accès à l'information ?

L'expérimentation table multitouch, menée de janvier à juin 2014 dans deux collèges du Rhône, a mis en lumière un apport insoupçonné de l'outil tactile, à savoir : la reconfiguration des groupes d'élèves et leur repositionnement les uns par rapport aux autres.

Un enfant que son enseignant n'entend jamais prendre la parole va soudain diriger les recherches de son équipe dans un corpus de contenus littéraires.
Au contraire, un élève turbulent ou premier de la classe pourra se faire discret une fois confronté à la table multitouch, car elle l'interroge dans sa pratique, dans son rapport aux connaissances, dans son rapport aux autres.

Expérimentation table multitouch au collège

En définitive, le transmédia n'est-il pas le support le mieux adapté pour répondre à tous les besoins d'un groupe ? Justement parce qu'il est pluriel et peu exigeant quant à son point d'entrée.

Le premier visionne le webdoc.
Le deuxième se plonge dans le documentaire linéaire sur une chaîne TV.
Le troisième préfère un livre sans illustrations.
Le quatrième en parle avec sa famille au repas.
...



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …