Accéder au contenu principal

Les webdocs sont nos amis, il faut les aimer aussi

Prenez un ou plusieurs documentaristes. Abordez un sujet de conversation anodin, par exemple : les derniers projets qui vous ont emballé. Sortez un webdoc de votre poche. Constatez.

A l'heure du "trans" (lire Douces transes, un article d'Emmanuel Denave), les professionnels de l'image semblent se recroqueviller dans leur savoir-faire, leur circuit, leurs convictions. Et rejeter en masse les nouvelles images interactives. Pour quelles raisons ?

Vu du RER C

"Nous n'allons pas sacrifier la qualité audiovisuelle"

Il ne s'agit pas d'opposer interactivité et regard d'auteur. Le webdoc, porté par une équipe, n'en consacre pas moins un réalisateur : il suffit de voir aujourd'hui combien le nom de David Dufresne est une métonymie de son oeuvre Fort McMoney, pour ne citer qu'un exemple.

NO ES UNA CRISIS est peut-être un webdoc modélisant ? Produit par la Société des Apaches, il a toutes les qualités d'un bon documentaire, avec une navigation web. Le design sonore et la recherche graphique contribuent à la réussite de l'ensemble. Les séquences vidéo sont en licence Creative Commons (CC BY-SA), ce qui permet à chacun - y compris un enseignant - de s'en saisir.

L'interface de NO ES UNA CRISIS

Une interview

Une séquence de manifestation

"Il faut du temps (90') pour raconter une histoire"

Oui, sans doute : un bon argumentaire a besoin d'espace pour se déplier, se déployer, s'exposer à un auditoire - ou à un public. Quoique... Il suffit de voir le travail remarquable fait autour de ce récit d'un petit-fils sur la vie de son grand-père, lisible en 15 minutes et totalement immersif : La dernière chasse.

Diaporama photo

L'histoire se lit en scrollant...


... et donne parfois lieu à des merveilles d'animation !

Pourquoi croire qu'un webdoc se consomme sur le pouce ?
Cette fameuse donnée de 5 minutes passées en moyenne sur une oeuvre interactive en ligne fait beaucoup de mal. Quid de sa pondération vis-à-vis des temps moyens de consultation d'un site web ?

Auquel cas, nous sommes d'accord : le support n'est pas encore optimisé pour des œuvres longues. Nous consultons encore le web, pour la majorité, sur un poste de travail ou bien dans les transports, sur de petits écrans de téléphone. Soyons patients : les supports mobiles (comme les tablettes) sont encore jeunes. Il faut du temps pour faire évoluer les pratiques culturelles.

"La linéarité du documentaire est indispensable à l'immersion"

Ce point est à discuter. Qu'en est-il des séries télévisées qui n'ont jamais été autant plébiscitées ? Certes, elles ont leur grammaire propre, comme par exemple un résumé systématique, en début d'épisode, des événements précédents. Pourquoi ne pas emprunter un peu de ces codes pour des œuvres fragmentaires ?

La série avant la TV : arbre généalogique des Rougon-Macquart

Le feuilleton à la TV : arbre généalogique des familles de Game of Thrones

Quant à l'immersion induite par la passivité du spectateur de documentaire, elle laisse perplexe à l'heure où les études cognitives investissent le champ des nouveaux médias et des jeux vidéo. Lire ce dossier sur les tests et mesures des pratiques interactives pour la journée d'études PraTIC (13 février 2014).

Il semble indispensable de suivre les travaux des laboratoires pour étayer nos connaissances sur l'engagement de notre public et pour lui proposer des interactions plus fines.

"Il n'y a pas de modèle économique"

Certes non. Le webdoc est né d'une volonté d'émancipation vis-à-vis des diffuseurs TV. Il a trouvé à l'époque le terrain du web comme espace de liberté. Aujourd'hui, il a été rattrapé par les grands commanditaires de la culture des images que sont Arte, l'ONF, France TV nouvelles écritures...

Peut-on inventer d'autres modèles économiques ? Quand la diversité des interlocuteurs se fait toute petite, c'est le moment de fédérer à l'échelle locale. C'est ce que fait cd1d, dans le domaine musical, avec sa plateforme de streaming équitable 1D touch : un moyen de faire connaître des contenus sans passer par les poids-lourds de l'industrie concernée et de revaloriser la portée des tiers-lieux (espaces culturels, bibliothèques, etc.)



"Nous ne savons pas faire de l'interactif"

Non, mais d'autres savent le faire. C'est le moment d'élargir l'équipe à des compétences nouvelles. On parle des nouveaux métiers du web : il ne s'agit pas uniquement d'un écran de fumée de la génération Y, celle qui suscite tant de fantasmes.

Quand deux auteurs aux compétences diamétralement opposés se rencontrent, de beaux projets émergent, comme Vu du RER C. Le binôme auteur-codeur est fécond : il a donné naissance à un livre, une application, une gestion des contenus sur les réseaux sociaux, bref, à une expérience globale.

Vu du RER C


Ne nous lassons pas d'explorer, traçons des projets à géométrie variable, allons picorer dans des champs inconnus ! Sous peine de nous faire bientôt taxer d'eugénisme... ou du moins d'un léger risque de consanguinité.

intuitio, colloque du laboratoire des intuitions


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …