Accéder au contenu principal

DEVICE 6, ou comment consacrer du temps

Disponible depuis novembre 2013 sur l'App Store, DEVICE 6 est une oeuvre interactive d'une finesse rare. Aux frontières du jeu, du roman d'aventure, du récit radiophonique et sur fond de mise en abyme numérique, cette application interroge notre rapport aux nouveaux écrans, et le temps que nous sommes prêts à leur consacrer.


L'épilogue de DEVICE 6, toute ressemblance avec l'île du Dr Moreau n'est pas fortuite

Un récit basé sur le jeu, ou inversement

DEVICE 6 est une application exigeante : il faut des recommandations (de @GNivoix et @N_Paquet dans mon cas) pour tenter l'aventure et se confronter à cet objet singulier. En effet, le principe est simple mais subtil : il s'agit de suivre le texte - et l'histoire - en tournant son device (iPad ou iPhone) dans le sens de la lecture.

Plusieurs voix se superposent
Les lignes tracent au fur et à mesure du récit (qui parle de déambulation, ça tombe bien !) une gigantesque carte labyrinthique. Le lecteur-joueur y décrypte des indices pour déverrouiller, à la fin de chaque chapitre, une porte fermée à double tour et ainsi poursuivre sa lecture.

Entrez votre HAT ID
Or, les codes ne tombent pas sous le sens : il faut redoubler d'ingéniosité et de patience pour traduire des énigmes visuelles, sonores... ou invisibles à l’œil nu (mention spéciale au masque vénitien) !

On attend du public qu'il s'engage dans le récit. Comment le fait-il ? Certes en répondant à quelques questions ironiques qui pointent du doigt son rapport au numérique, mais surtout il s'engage en y passant du temps.

Optimiser le temps, pour et par le numérique

DEVICE 6 semble aller à l'encontre des tendances actuelles en matière d'accès à l'information. 

L'écriture pour le web nous a appris la pyramide inversée. Cette technique rédactionnelle prône la facilité d'accès : un lecteur pressé retient les grandes lignes d'une information et se fait une opinion. Un lecteur intéressé et/ou disponible parcourt l'article dans son intégralité pour en connaître les détails. Ces deux personnes ont donc un niveau d'information quasi identique, malgré les disparités d'attention qu'ils y ont consacré.

DEVICE 6 joue plutôt sur la spirale inversée
De plus en plus d'articles de presse en ligne indiquent un temps de lecture. Celui-ci est immédiatement analysé par l'internaute pour déterminer son action :
  • soit il estime que le temps est suffisamment court pour se consacrer à la lecture, 
  • soit il ferme la page sans lire l'article, 
  • soit il l'enregistre dans ses favoris pour y revenir plus tard, dans un moment de plus grande disponibilité.

Sur medium.com : le temps de lecture de chaque post
De nouvelles applications, comme l'extension Readline pour Chrome, proposent d'augmenter sa vitesse de lecture en limitant les déplacements oculaires

Les indicateurs d'avancement dans la lecture sont autant de problématiques pour les livres numériques qui, à défaut de pouvoir être feuilletés, doivent fournir à leurs utilisateurs d'autres marqueurs : nombre de pages restant, barre de progression, etc.

Readline fait défiler isolément tous les mots d'un texte, à une cadence pouvant atteindre 1000 wpm (word per minute)

Le transfert de l'information au loisir

Les médias textuels ne sont pas les seuls à donner des indicateurs de progression : pensons par exemple aux vidéos et leur nombre de secondes restant, comme s'il fallait à tout prix estimer le temps immobilisé sur un objet, avant de passer à un autre.

Souvent, ces indicateurs jouent un rôle incitatif : "la vidéo ne dure qu'1 min 30", "il ne reste que 2 pages à lire", "3 min avant le prochain arrêt, j'ai le temps de lire cet article". Ils relancent l'intérêt, comme un sportif peut être remotivé par l'annonce du dernier kilomètre.

Le problème, c'est que nous sommes dans l'attente de ces estimations de temps pour des contenus relevant du loisir. 

Pire : nous avons encore du mal à consacrer consciemment autant de temps à une application mobile qu'à un long-métrage. 

Pire encore (eh oui !) : lorsque des contenus narratifs ressemblent à des articles (je pense au scrollitelling), l'effort intellectuel est trop important à produire.

La lecture exigeante de DEVICE 6
Quand les professionnels des nouvelles écritures annoncent la moyenne de 6 minutes passées sur un webdoc, ils rendent compte de cette lacune en terme de pratique culturelle. 

Faut-il qu'une oeuvre interactive, comme un webdoc, indique avec précision le temps nécessaire pour visionner l'intégralité de ses contenus ? Son public (ou lectorat) pourrait alors véritablement s'engager dans une durée, c'est-à-dire choisir :
  • les conditions de visionnage, 
  • le temps à consacrer,
  • l'isolement requis. 
Se repérer, visualiser le temps de parole dans Le Grand Incendie

Au contraire, ce sont peut-être les œuvres opaques comme DEVICE 6 qui vont, peu à peu, nous redonner plaisir à lire. Sans optimisation, sans calcul. Mais intellectuellement et sensuellement.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…