Accéder au contenu principal

Matière à mutualiser

MAT-MUT, c'est le nom de code des réunions informelles organisées dans mon service au CRDP de Lyon : autant de moments consacrés au partage de connaissances, de projets, de découvertes... bref de MATière à MUTualiser. 


http://fr.padlet.com/wall/museenum

Un tremplin vers le transmédia


Mon arrivée au CRDP de Lyon, en septembre 2013, s'est placée sous le signe du transmédia. Accompagner les enseignants vers le numérique, c'est aussi recruter des chefs de projet en décalage par rapport aux éditions papier et audiovisuelle.

Ce décalage, je l'ai ressenti comme une opportunité : c'était là l'occasion de partager avec mon équipe des projets qu'ils ne connaîtraient pas forcément et qui me permettraient d'évoquer l'univers, que dis-je, la galaxie des arts numériques et interactifs.

Fablabs, webdocs et Cie

Avec le soutien de mes collègues et l'accord de ma direction, j'ai rapidement mis en place des temps de réunion informels, pendant lesquels une ou plusieurs personnes ont la liberté de présenter un sujet qui leur tient à cœur.

Afin de lancer la dynamique, je me suis pliée à l'exercice, en présentant un concept (le webdoc) qui ne m'a pas demandé beaucoup de temps de recherche puisque je me tiens informée des évolutions dans le domaine.
  • Faire le point sur l'évolution du terme et les tendances, 
  • Présenter quelques projets motivants, 
  • Évoquer la diffusion et la production... 
La 1/2h de réunion a passé vite !

Pour garder une trace des liens utilisés pendant la présentation, je créé et diffuse à mes collègues un Storify. Cela me permet également de les initier à ce mode de curation.

La première restitution dans Storify


Prendre le temps d'en discuter

Depuis octobre 2013, huit MAT-MUT ont eu lieu. Elles ont porté soit sur des notions (serious games, marathons créatifs, etc.) soit sur des restitutions d'événements auxquels quelques membres de l'équipe ont participé et qu'ils synthétisent pour en faire part aux autres.

Le seul écueil à éviter est la dérive vers la réunion de travail... Il faut également maintenir le rythme et motiver les intervenants : difficile de prévoir une réunion par semaine compte tenu du temps de préparation, des impératifs de chacun, des agendas surchargés selon les périodes.

Ces temps de rassemblement sont pourtant très appréciés. Chacun peut prendre la parole sur un sujet dont il n'est pas expert, simplement pour mentionner une émission qu'il a vue ou entendue, faire le lien avec des projets en cours, découvrir des champs inconnus, etc.

Les Storify sont consultés en amont de la réunion ou bien plus tard, selon les disponibilités. Ces productions ne sont pas éditorialisées, par manque de temps mais aussi pour conserver intact l'intérêt de se déplacer en plénière et d'y contextualiser les exemples sélectionnés.

Les restitutions publiques sur mon compte celia_cbo

Ces temps sont-ils amenés à évoluer vers des animations ou des formations plus encadrées ? 

Si oui, les rassemblements en petits groupes subsisteront, je l'espère, pour préserver ce sentiment d'ouverture et de liberté de parole qu'un amphithéâtre ne peut pas garantir.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …