Accéder au contenu principal

Sentiers & Belvédères sur Smartphones & Tablettes

Vendredi 13 septembre, la Ville de Caluire et Cuire a inauguré la Maison de la Voie Verte, un lieu d'information touristique d'où partent 7 parcours pédestres : les sentiers & belvédères

 

En plus des travaux d'aménagement, de signalétique et de communication, la Ville a passé commande d'une application Smartphones et tablettes pour faire vivre au promeneur une réalité augmentée sur le patrimoine caluirard.

C'est sur ce projet que j'ai travaillé, en tant que co-réalisatrice.





Révéler le patrimoine caché


Pourquoi proposer une application mobile et tablette, lorsque les sentiers, bien balisés, ont leurs points d'intérêt renseignés par des panneaux d'information ?

C'est que beaucoup de ces points d'intérêt portent sur des lieux inaccessibles : sous-terrains, propriétés privées, ruines et monuments détruits...

Le Smartphone intervient alors comme un complément dans la visite.

Coupe géologique de la Balme

Faire le lien entre passé et présent


L'un des axes forts a été de comparer passé et présent, à partir d'images d'archives (cartes postales, cartes d’État-major, etc.).

Les HBM : avant / après
Superficie du fort de Montessuy à sa construction
L'interface tactile permet de naviguer entre les vues du passé et celles du présent (ou inversement), soit par un glissé (image 1 ci-dessus), soit par une transition travaillée comme un dézoom (image 2 ci-dessus).

Prendre de la hauteur


Les prises de vue aériennes, faites en ballon, sont incontestablement l'un des atouts de l'application. Elles permettent de localiser chaque sentier et donnent sur le quartier un point de vue inédit.


Ces vues sont à 360° : on peut s'y déplacer en jouant sur l'écran tactile ou bien avec le gyroscope de l'appareil.

Rencontrer des témoins 


Le cahier des charges de la Ville prévoyait d'intégrer des interviews d'habitants du quartier. Il a été amusant de mêler le lieu de l'interview et le lieu de visionnage de ces vidéos.

Par exemple, les promeneurs découvrent dans la roseraie le témoignage de M. Roche qui... parle de la roseraie dans la roseraie ! On imagine presque se trouver face à face avec notre interlocuteur !

L'interview dans la roseraie, intégrée dans un 360°

Jouer la synergie


Plusieurs agences ont travaillé simultanément sur ce projet ambitieux de sentiers & belvédères. Il fallait concevoir l'application pour les nouveaux médias, les panneaux implantés sur les sentiers, ainsi qu'une borne tactile installée à la Maison de la Voie Verte.

Il a été très profitable de travailler ensemble et de mutualiser des éléments communs (charte graphique, médias vidéos et animations, vues aériennes, etc.) pour faire de l'ensemble un circuit cohérent.

Un stop motion de l'application intégré dans la borne tactile

Smartphones et Tablettes, même combat ? 


L'une des demandes prioritaires de l'application était la géolocalisation. Cette fonctionnalité semble évidente pour un usage mobile, mais comment la justifier pour une tablette ?

Peu d'utilisateurs de tablettes ont un abonnement 3G, ce qui rend la géolocalisation inutile en cas de promenade sur un sentier.

La géolocalisation sur Smartphone

Nous avons alors pris le parti d'adapter l'application pour la tablette et d'en faire plutôt un magazine d'information, avec davantage de textes pour une lecture à la maison.


En définitive, un soin tout particulier a été porté à la création des contenus de l'application (vues aériennes, animations, illustrations...) ce qui en fait un outil patrimonial tout à fait unique. 

 

[MàJ oct 2013 : l'application est disponible, c'est ici : S&B Caluire]

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…