Accéder au contenu principal

Rédaction web : ARTEFACTS STUDIO


Artefacts Studio (jeux vidéo) a profité de la pause estivale pour mettre en ligne son nouveau site web.
Le studio avait fait appel à moi pour concevoir l'arborescence du site et les contenus rédactionnels. 


Quels enjeux ? 

  • toucher des publics variés (grands éditeurs, partenaires potentiels, professionnels en recherche d'emploi...)
  • séparer les domaines d'activité du studio (jeux vidéo, outsourcing, robotique...) tout en permettant la navigation de l'un à l'autre
  • mettre en valeur un portfolio de réalisations volumineux
  • trouver un modèle de site évolutif, facile à mettre à jour et à enrichir (widgets)
  • proposer une version en anglais (UK)

Catégoriser les informations

Quelle méthode ?

Pour me familiariser au monde du jeu vidéo (avec sa terminologie, ses métiers, son économie), j'ai d'abord pris connaissance des documents de présentation du studio.

Nous avons ensuite planifié des rendez-vous hebdomadaires, au cours desquels nous abordions un point en particulier : par exemple l'orientation artistique du studio.

A partir de ces discussions, j'ai pu proposer du texte, sur lequel nous revenions à la séance suivante.
Au fil des corrections ont émergés :
  • au niveau du contenu - l'image que le studio souhaitait renvoyer de son activité
  • au niveau de la mise en forme - l'ébauche des pages

Alterner présentation et réalisation

Nous avons choisi d'alterner les paragraphes de présentation et les exemples de réalisation, soit sous forme de fiche technique, soit sous forme de mosaïque.

Fiche technique détaillée
Mosaïque de projets
Après la validation finale des textes, c'est le studio lui-même qui a affiné la mise en page et mis en ligne son nouveau site.

Le résultat : une vitrine percutante, fournie en informations et maîtrisée en interne pour (ré)agir sur le contenu et faire évoluer le site web en même temps que le studio.


Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…