Accéder au contenu principal

National Museums Scotland, ou le musée à picorer

A deux pas de la Royal Mile à Edimbourg, on entre au musée comme dans un moulin. 



Le National Museums Scotland est ouvert à tous gratuitement (sauf expositions temporaires) et chacun se promène dans les galeries lumineuses, parmi le fouillis des collections exposées pêle-mêle.

Une fenêtre sur le monde : exposition multimédia


Dans le hall central, on est rapidement happé par les vitrines murales... et les tables tactiles qui permettent leur exploration.

Photo de l'agence Clay Interactive

Cette installation, nommée Window on the World, fait cohabiter des objets issus de domaines différents, qu'ils s'agisse de science, de monde naturel, de culture ou d'archéologie.

Le visiteur, curieux, peut explorer chaque case des vitrines grâce à 8 terminaux interactifs, répartis sur les quatre étages qu'occupent les objets.

Photo de l'agence Clay Interactive


Comment ouvrir la fenêtre sur le monde ?


L'interface est simple : en se déplaçant avec les flèches directionnelles, on repère l'objet qui nous intéresse.

Photo de l'agence Clay Interactive


En un clic, une fenêtre s'ouvre, avec une explication textuelle et quelques photos.

Photo de l'agence Clay Interactive


Il s'agit moins d'approfondir des connaissances que d'inciter à la déambulation, à la fois tactile (sur les écrans) et physique (dans les étages).


Un dispositif simple pour picorer des bribes d'information


L'aller-retour du regard, entre les terminaux interactifs et les vitrines, est pour moi la clé d'une installation multimédia réussie, car la technologie ne prend pas le dessus sur les objets exposés : au contraire, c'est l'intérêt pour l'un d'entre eux qui nous amène à utiliser l'écran.



Ce dispositif a été conçu par l'agence Clay Interactive, qui compte à son portfolio de nombreux projets passionnants.

Un musée qui communique

Afin de se représenter le travail fourni pour Windows on the World, le National Museums Scotland a mis en ligne une vidéo de son installation.
Avec 104 vidéos à son actif sur Viméo, le musée cherche à entretenir une vraie relation avec son public.

Windows on the World n'est d'ailleurs pas sa seule installation interactive.
Dans toutes les salles, des écrans, des mécanismes, des jeux pour enfants...

La patte d'un félin au repos...
... et le voici prêt à attaquer !

En mai 2013, le musée a lancé son application mobile (iPhone) Capture the Museum, un jeu de course géant entre deux équipes, pour collecter un maximum d'objets.

Capture the Museum

En un mot : un musée intelligent, qui fait la part belle à l'exploration et à l'apprentissage par le toucher !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…