Accéder au contenu principal

Du multimédia pour raconter l'Histoire de l'Islande

L'exposition permanente du Musée National d'Islande est ambitieuse : c'est un voyage à travers le temps, depuis l'installation des Vikings jusqu'à notre époque. 


Photo de l'agence Gagarin

Comment se forme une nation : exposé en 2 étages


Ce sont 2 000 objets et plus de 1 000 photographies (l'art photographique jouant un rôle privilégié pour l'indépendance du pays) qui composent The Making of a Nation.


Ce parcours s'étend sur deux étages du musée.
Il est chronologique et découpé en époques (800 - 1000 apr. J.-C. / 1000 - 1200 apr. J.-C., etc.).

Dans ces époques, les objets sont rapprochés en îlots thématiques, à savoir : la formation de la langue islandaise, le travail, les coutumes...

Autant dire que la matière est riche et l'exposition très complète !

Le multimédia comme deuxième lecture


Le musée a fait appel au multimédia, sous forme d'écrans tactiles, pour plusieurs raisons :
  • Proposer différentes approches au visiteur
  • Préserver l'impression de continuum historique (et combler les manques en artefacts)
  • Impliquer le visiteur et le laisser façonner sa propre expérience de l'exposition
Photo de l'agence Gagarin


Concrètement, 12 écrans tactiles sont installés dans les salles : chaque écran est associé à une ou deux thématiques, les plus proches spatialement.

Par exemple, l'écran donnant accès à la thématique Book of Settlements se trouve près de la copie de ce livre et des objets de l'installation des premiers habitants de l'île.

Un dispositif à plusieurs entrées


L'interface permet de délivrer beaucoup d'informations sur un seul écran - ce qui nécessite quelques temps pour l'apprivoiser.

Ainsi, sur une même page se trouvent le titre de la thématique, celui du sujet traité en particulier, la vidéo explicative avec ses commandes (pause / avec ou sans texte), la carte de l'Islande, une frise chronologique, un diaporama et un texte complémentaire !

Photo de l'agence Gagarin


Le visiteur navigue dans cette interface en piochant les informations qui l'intéressent... mais ne passera certainement pas son temps à tout lire, ni à jouer toutes les vidéos.

Il faut dire également que les textes sont très présents dans l'exposition, et que tous les panneaux ne sont pas lus.
Dès lors, la voix off des vidéos permet de varier la modalité d'acquisition des informations.


Une image vaut-elle mieux que 1 000 objets ?


Le risque d'un tel outil est de s'y consacrer pleinement, sans prendre le temps d'admirer les artefacts exposés et de lire les panneaux qui sont, tout de même, bien plus détaillés.

En effet, les sujets multimédia ne font aucune référence directe aux objets présents dans le musée. On pourrait imaginer ce programme en toute indépendance, sur un site web ou un CD-Rom éducatif.

Photo de l'agence Gagarin


En arrivant au deuxième étage de l'exposition, cet effet d'indépendance est renforcé : six bureaux équipés d'ordinateurs attendent les visiteurs, qui peuvent explorer les 15 thématiques de l'exposition (alors qu'ils étaient limités jusqu'à présent à une ou deux thématiques par espace).

Là encore, c'est le risque d'un oubli de l'exposition tangible, l'ouverture à une exploration virtuelle chronophage.

 

Faut-il penser des interfaces collectives ?


C'est l'agence Gagarin qui a réalisé ce parcours multimédia. Elle a été récompensée en 2005 par un prix dans la catégorie e-Culture.

Depuis, l'agence semble avoir évolué vers des dispositifs plus volumineux, qui permettent au public d'explorer une thématique à plusieurs.

C'est le cas par exemple de la table tactile installée dans l'exposition au Reykjavik 871 +/-2 - The Settlement Museum.

Photo de l'agence Gagarin


Alors, les écrans tactiles thématiques sont-ils obsolètes ?

Sûrement pas obsolètes, mais sujets à quelques améliorations :
  • Simplification de l'interface
  • Complémentarité renforcée avec l'exposition
  • Contenus accessibles en ligne, pour profiter des objets dans le musée et approfondir chez soi les thématiques abordées 


Il faut reconnaître que l'exposition est plus agréable à parcourir lorsque l'on varie les modalités de découverte : lecture, observation, images, vidéos... et dispositifs interactifs !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…