Accéder au contenu principal

Le Vitrailloscope, la genèse

D'où vient l'idée ?

​J'ai rédigé l'idée du Vitrailloscope pendant l'été 2011, pour mon admission en Master 2 professionnel DASI (Diffusion des Arts et des Savoirs par l'Image) à Lyon 2.
Pour ce dossier, il était question d'un projet d'Education à l'Image. J'ai proposé une alternative à l'audio-guide, un outil mutimédia à destination des musées et qui aurait pour but de :

Donner des bases d’analyse d’œuvres d’art à un public non connaisseur,
afin qu’il en apprécie la richesse lors de visites d’expositions.

Les bases artistiques, techniques et budgétaires sont déjà posées.
A l'entrée en Master 2, la curiosité l'emporte : je veux savoir si ce projet a une chance d'être réalisé, en trouvant des soutiens financiers institutionnels ou privés.

Comment démarrer ? 

Après un faux départ auprès des musées, une veille des pratiques culturelles déjà expérimentées, je me heurte à quelques portes fermées, tant au niveau de l'idée que de l'aide financière pour démarrer le projet.
Lorsque j'en parle autour de moi, on me conseille de viser des monuments historiques, qui souffrent d'un manque de médiation. Les sites religieux sont les endroits idéaux : fermés, ils permettent de contrôler le flux de visiteurs et de prêter le matériel en sécurité. 

Un choix à faire : prendre le parti des monuments religieux ?

En octobre, le choix se porte donc sur des églises.
Dans les premiers rendez-vous avec l'IUT Lumière, on parle encore de parcours urbain, peut-être autour de Fourvière et Saint-Jean...


A ce moment, le projet est ambitieux : les premières ébauches d'arborescence imaginent faire le lien entre différentes œuvres réparties dans toute l'agglomération lyonnaise, entre toiles de peintres et jardin de la Visitation. 


Début décembre, tous les choix techniques n'ont pas encore été faits, et le parcours n'a pas été défini. Je cherche sur les plans des édifices religieux qui pourraient être intéressants, comme l'église évangélique arménienne, le grand temple de Lyon, l'église du Christ roi...
La volonté est là de rassembler toutes les religions dans un parcours local - travailler sur un quartier en particulier. 

détail du vitrail "Jésus-enfant prêchant au temple"
E. Bégule et L. Balmet, Jésus-enfant prêchant au Temple (détail). Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Le choix du lieu précis

Au tout début janvier 2012, c'est un article lu dans un magazine gratuit, à propos de la restauration des cloches de l'église Notre-Dame Saint-Louis de la Guillotière, qui déclenche une attention pour le quartier.
Entre trois contacts de prêtres, seul Olivier Petit répondra, et m'orientera vers l'église Saint-André.

Entre janvier et mars, ce sont les rendez-vous auprès des institutions pour constituer le dossier de demande d'aide. Région Rhône-Alpes, Ville de Lyon...
Au fil des rendez-vous et des rencontres, le projet se resserre : on écarte les systèmes trop incertains, on affine la présentation, on travaille les dossiers. 

l'église Saint-André à Lyon
L'église Saint-André, à Lyon

Prise de décisions technologiques

L'idée d'associer la tablette à un jeu de cartes commence à germer, pour faciliter la circulation des visiteurs dans l'église.
En avril, on travaille de front sur la conception technique et de contenu, avec l'IUT Lumière d'une part et Olivier Petit de l'autre.

Jusqu'au 26 avril, le projet est toujours incertain... Aucun soutien financier, jusqu'à l'attribution, à cette date, d'une aide par la Ville de Lyon.
Cette nouvelle lance véritablement le Vitrailloscope : à présent, il doit absolument voir le jour. L'attribution de l'aide de l'APCJ fin mai conforte l'avenir du projet. 

Finalisation d'un projet de longue haleine

Début juin, le contenu complet des vidéos est déterminé. Elles seront conçues entre juillet et août, à raison de 2 à 5 heures de travail par vidéo... soit un total approximatif de 60 à 150 heures. 

En même temps, la course aux partenaires locaux est lancée : contacts avec la Mission Guillotière, l'IFRA, le centre social Bonnefoi, l'AADN, l'Arché de Noé, le K-fé social...
Les premières tablettes tactiles sont également commandées et testées, et l'organisation peaufinée. 

___________________________

Le projet est à découvrir sur le site web.

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre

Dans sa conférence How we live and how we might live, donnée entre 1877 et 1884 en Angleterre, William Morris propose une nouvelle forme d'organisation du travail : fondée sur la seule nécessité, elle laisse place au développement personnel de l'individu qui peut alors s'exprimer dans la pratique d'un art(isanat). Ses exhortations résonnent aujourd'hui avec des sonorités nouvelles.



Les extraits suivants sont tirés de l'édition Payot & Rivages, Rivages poche - Petite Bibliothèque, 2013.
L'intégralité du texte est à lire sur Wikisource.

La maîtrise des forces William Morris écrit :
Aux premiers temps de l'humanité, l'homme était esclave de ses nécessités immédiates. La Nature était puissante, et il était faible. [...] Le temps passa et, petit à petit, pas à pas, il gagna en force [...] On pourrait croire, par conséquent qu'il peut maintenant se consacrer à la poursuite de ses idéaux plutôt qu'à la poursuite du prochain repas. Hélas ! [...…

Naturellement, parler à la machine

Lors de son intervention au Web à Québec 2017, Mat Velloso (Microsoft) insiste : non, il n'est pas nécessaire de parler à un robot de conversation alors qu'on peut tout simplement cliquer sur un bouton...  
Selon lui, les robots de conversation (ou chatbots) sont performants dès lors qu'ils permettent à l'utilisateur d'accéder plus rapidement à une information. Peu importe qu'on lui parle, qu'il nous écoute et nous réponde.

La voix ne sera utilisée qu'en dernier recours, après le clic et la saisie de texte : par exemple quand, au volant, on ne peut pas manipuler son téléphone.

Toutefois, la reconnaissance vocale permet dans certaines situations d'enrichir une expérience. Avec Wiidii, un assistant hybride personnel développé par une société bordelaise, l'apport d'informations se construit sur la base d'un échange, textuel ou vocal.

J'ai pu tester cette application lors du Talent Day 2016 organisé par Imaginove sur le thème de l'…