Accéder au contenu principal

dar la luz : et la lumière fut !

Un stage pour une vidéo

dar la luz (Lumière - Art Visuel), travaille la lumière. Son directeur, Yves Moreaux, a fondé dar la luz en 2004, avec une affinité pour la peinture, la photographie et la création numérique. 

J'intègre sa société pour réaliser le montage vidéo de son parcours Tic Tac, qu'il a réalisé pour la Fête des Lumières 2009.

Parcours Tic-Tac de dar la luz


 L'apprentissage de la création numérique

Avec Yves Moreaux, j'apprends à me servir de la suite Adobe et notamment d'After Effects, que j'utilise pour réaliser des séquences vidéo projetées sur des lumignons géants.

En effet, dar la luz remporte en 2010 l'appel d'offres pour le lot de la place Louis Pradel, du pont Morand et de la place maréchal Lyautey. La société participe donc pour la deuxième fois à la Fête des Lumières.



Un lumignon géant
un lumignon géant
Des cerceaux illuminés pour la place Lyautey
place Lyautey
Hypnotic-tac
hypnotic-tac
Les lumignons sur le pont Morand
pont Morand
Mimetic-tac
mimetic-tac
Portic-tac
portic-tac


 Une connaissance de l'événementiel qui fait ses preuves

Fort de sa première expérience de la Fête des Lumières, Yves Moreaux se permet d'aller plus loin dans la création numérique pour l'édition 2010, et de travailler des univers distincts sur les trois endroits du parcours.

J'ai la chance de prendre une part active à la conception de projet dans son ensemble, et surtout :
  • à la recherche scénaristique
  • à la recherche visuelle
  • à la conception du dossier
  • aux créations numériques
  • aux tests et à l'installation sur les sites
  • à la captation vidéo pendant l'événement


Mes réalisations vidéo


Tic-Tac, La Nuit des Temps (2009) : Voir sur le site de dar la luz
L'Etincelle, ou l'Odyssée des Lumignons (2010) : Voir sur le site de dar la luz


C'est avec Yves Moreaux que j'ai appris à suivre un projet de son idée originale à sa réalisation concrète : en un an de missions, j'ai énormément appris, et pour cela je l'en remercie !

Posts les plus consultés de ce blog

Pokémon réenchante le monde

20 ans après la création de la franchise, Pokémon lance son jeu sur mobile en réalité augmentée : Pokémon Go. Le principe ? Au lieu de balader votre personnage dans un univers virtuel, vous êtes le personnage à balader dans le monde réel. Des Pokémon se cachent à tous les coins de rue ; votre espace se densifie.

Invitation à sortir C'est d'abord un monde beau : vert, pastel, plane, on a envie de le parcourir.

Tous mes déplacements par principe figurent dans un coin de mon paysage, sont reportés sur la carte du visible. Tout ce que je vois par principe est à ma portée, au moins à la portée de mon regard, relevé sur la carte du "je peux". Chacun des deux cartes est complète. Le monde visible et celui de mes projets moteurs sont des parties totales du même Etre. Merleau-Ponty, L'Oeil et l'Esprit




C'est ensuite un monde jalonné, donc rassurant : de nombreux points parsèment les routes et intersections comme autant de promesses. Ces points - appelés PokéStops d…

Pour une documentation de la compassion

Je voudrais avancer l'hypothèse d'un facteur humain intervenant dans une interaction homme / machine, et qui s'appellerait la compassion. Cette hypothèse expliquerait pourquoi, en dépit de la plus mauvaise interface qui puisse exister, un utilisateur parviendra toujours à ses fins, à condition qu'il soit en contact direct avec le créateur du dispositif.
Cet article est d'abord été pensé en réaction à celui de Kevin Vennitti, intitulé : Etude de cas UX, du templating à la documentation technique. Les titres de mes parties sont des citations directes.

Comme Kevin, j'ai travaillé sur le projet Ludomuse : un moteur open-source partagé à terme entre plusieurs musées et dont la singularité technique repose sur la connexion en WiFi direct de deux appareils mobiles qui permet de jouer en binôme.

Pour en savoir plus sur Ludomuse, lire cet article sur le site d'Erasme

Canaliser davantage la patience de l'utilisateur En intervenant au musée Cernuschi à Paris puis …

Dix musées sur l'échelle de Richter

En 2015, Museomix eut lieu dans 10 musées autour du monde. Comment faire vibrer ensemble un millier de participants qui ne travaillent pas avec les mêmes collections, sur les mêmes prototypes, dans le même fuseau horaire ? La mixroom saisit l'occasion pour renforcer les liens entre les musées.
Une ligne éditoriale pour les gouverner tous L'an dernier (relire l'article 2014), la mixroom avait déjà calibré les livrables : chaque équipe audiovisuelle devait produire chaque jour trois vidéos (l'une à diffusion locale, les deux autres à diffusion globale).



En 2015, trois questions se posent :

faut-il maintenir la diffusion d'une vidéo en anglais alors qu'aucun musée anglophone ne participe, mais que certaines communautés parlent espagnol, allemand ou flamand ? comment donner de la visibilité à toutes les vidéos de format libre qui sont produites en marge des livrables imposés ? peut-on allier communication interne (entre les musées pendant l'événement) et extern…